AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Je ne pensais jamais te revoir... ❖ Aeonie

 :: Les Déserteurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Oct - 15:25


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie


Je me réveillais difficilement, la nuit avait été courte. Je ne suis pas arrivé à m'en dormir hier, j'étais trop occupé à penser à Cordélia, je me demandais comment elle allait. On s'est vu juste la veille et elle n'avait pas l'air en forme, je me souviens encore que je l'ai vu au sol immobile, comme morte. J'en ai des frissons rien que d'y repenser, j'ai tellement eu peur... Je soupire doucement avant de me lever de mon lit. Je me prépare comme tous les matins et je décide de faire mon jogging matinale. J'adore courir, je trouve que c'est un bon moyen de rester en forme... Depuis toujours, je cours six fois par semaine, le dimanche je m'accorde un jour de repos. Il est vrai qu'il faut que je me lève beaucoup plus tôt quand j'ai cours, mais cela m'est égal. J'aime ça courir... Aujourd'hui, samedi, n'échappe pas à la règle de ma course rituel, le seul truc c'est que je ne vais pas courir six heures, mais un peu plus tard. Je prends le temps de bien déjeuner et de me préparer avant de sortir de chez moi. Je ne pense à rien quand je cours, juste je cours, je fais le vide dans ma tête et c'est tout.
Cela fait presque une heure que je cours, je n'ai pas vu le temps passer, puis il faut dire qu'il fait bon pour un mois d'octobre. Je me stoppe un peu et ralenti la cadence, je marche dans le parc pour reprendre un peu ma respiration. J'ai un peu trop forcer et mes poumons me le font comprendre, ils me brûlent. J'inspire et expire doucement l'air, jusque cette gêne passe et c'est à ce moment que je l'aperçois. Au début, je ne suis pas sûr que ce soit elle, après tout, un océan entier nous sépare... Je m'approche discrètement, juste pour être assez prêt d'elle et je la vois. C'est bien elle, je la reconnais. Je souris bêtement, et j'enlève les oreilles que j'ai à mes oreilles, arrêtant en même temps la musique. « Léonie... » Dis-je doucement. Je m'avance encore et je me mets face à elle. « Oui c'est bien toi... C'est moi... Aedan... » Je parle en français et je n'en dis pas plus. Après tout, peut-être qu'elle ne se souvient pas de moi... Je ne vais lui expliquer notre rencontre, j'aurais complètement stupide si elle m'a oublié, et au fond de moi, j'espère que ce n'est pas le cas. J'espère l'avoir assez marqué pour qu'elle se souvienne de ses nuits, puis j'étais son premier, il parait qu'on oublie jamais sa première fois...

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Oct - 18:37


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie


La nuit avait été courte. J'étais malade. Les vomissements ne s'arrêtaient pas après les repas et ensuite lorsqu'il fallait trouver une position pour dormir mon ventre me gênait. Je savais que ce petit être n'avait que deux mois à peine et je ne pensais même pas à compter les mois, les rendez-vous étaient déjà tous planifiés avec une superbe alarme sur mon téléphone lorsque je les oubliais : ma mère. Elle arrivait encore avec un océan entre nous deux à tout organisé.
Je devais commencer les cours lundi. On m'avait laissé le temps d'atterrir et de ranger mes affaires. Maggie et Doug étaient très prévenants et ne me posaient jamais de questions gênantes. Je ne savais pas s'ils savaient la vérité sur cette affaire. Leur fille qui a mon âge, elle me regardait avec de la pitié. Cela ne m'aurait même pas étonné que ma mère leur ait raconter que j'avais été violer ou autre pour qu'ils m'accueillent.
Je descendis une fois doucher et habillé. Mes jeans ne me serraient pas encore alors j'en avais mis un avec un top blanc pas trop près du corps. Je ne supportais plus vraiment mon reflet dans le miroir quand je savais ce qui allait arriver à cet enfant. Mes bottines marrons aux pieds, je pris de quoi déjeuner en route et enfila ma veste. En sortant, je croisai Doug dans le jardin et le revins que j'allais me promener, il me demanda si j'avais mon téléphone et je lui montrai. Il me souhaita une bonne sortie et me conseilla de l'appeler en cas d'ennui. Je souris et pris la direction du parc. Marcher et prendre l'air me feraient du bien. Cela faisait une éternité que je n'avais pas marché avant un déjeuner. Mais celui-ci n'était plus vraiment mon repas préféré. Je m'installai sur un banc après d'un lac. Le cadre était parfait. Je regrettais de ne pas avoir emmené mon appareil photo avec moi. Soudain, j'entendis des pas se rapprocher. Je ne connaissais personnes à part les gens qui m'hébergeaient cela devait donc être pour autre chose. "Léonie" .. Je fus surprise. Je ne pensais jamais réentendre cette voix. Mon ventre se tordit... « Oui, c'est bien toi... C'est moi... Aedan... »
Il se trouvait en face de moi. Avec son accent magnifique et son visage d'ange. Je ne savais pas quoi faire ni quoi dire. Il sourit. Son sourire est magnifique et communicatif. Je ne peux m'empêcher d'en faire de même. Je ne sais pas vraiment quel comportement avoir avec lui. On ne devait plus jamais se revoir.
"Aedan" Dis je dans un soupir. Il m'avait tellement manqué. Je me leva et le pris dans mes bras, je ne savais pas si cela lui plairait, mais j'avais besoin de son contact. Et rapidement.... Chaque partie de mon corps l'avait réclamé depuis son départ, et même si nous n'étions rien l'un pour l'autre, j'étais éperdument amoureuse de lui. En le regardant dans les yeux, je retrouvais les sensations de Paris et de ses vacances.. Et je me souvins de tous ses moments passés ensemble et les conséquences. Ma tête tourna. Je mis une main sur mon ventre et une autre m'aida à me rasseoir. "Désolé, je n'ai encore rien avalé depuis ce matin". Je relevai la tête vers lui. "Mais que fais-tu ici ?" Je lui montrai la place à mes cotes sur le banc et l'invitai à s'asseoir, en espérant qu'il aurait le temps de discuter.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Oct - 19:02


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie


Courir était le moyen pour moi d'échapper à mon tracas quotidien et aussi ça m'aider à l'oublier... Enfin l'oublier était un grand mot ! Léonie était une jeune femme de vingt-deux ans que j'avais croisé dans un ascenseur. La rencontre aurait pu s'arrêter là, mais il en fut autrement. Je l'avais vu rentrer, je l'avais même trouvé charmante et le son de sa voix était une douce mélodie à mes oreilles. Elle m'avait demandé l'heure alors qu'elle tenait son portable dans la main. Je lui avait fait la remarque et nous avions ris tous les deux de bon coeur. Pour 'excuser de ne pas avoir répondu à son approche je l'ai invité à dîner. Un superbe dîner dans ce restaurant parisien a quelques mètres de l'hôtel. Je ne voyais rien de sexuel, ou quoi, j'avais juste envie de la connaître un peu plus. Mais les choses en entraînant une autre nous sommes montés dans sa chambre. J'avais très envie d'elle. Je n'avais pas ressenti ça depuis des années et elle m'avoue qu'elle était encore vierge. Bien sûr, cette révélation, m'a un peu refroidi sur le coup, mais elle m'a assurée qu'elle en avait très envie. Après lui avoir posé une dizaine de fois la question si elle était sûre d'elle, nous avons fait l'amour. J'ai fais attention, j'ai été doux avec elle et ça été magique. Pendant les quinze jours que je suis resté sur Paris, nous nous sommes vus, discutant de tout et de rien et nous couchions ensemble comme ci nous avons toujours fais ça. Puis il a été temps de partir, étant contre les relations à distance, j'ai préféré en rester là et elle aussi. D'un accord commun on ne s'est pas échangé nos numéros, nos noms ou nos Facebook, c'était l'amour de vacance idéal...
Malheureusement pour moi, j'ai eu un peu de mal à la chasser de mon esprit, et quand je commence à y arriver je la vois devant moi. Je reste un peu abasourdi quand je la vois, mais je l'appelle quand même et je lui rappel qui je suis. « Aedan.. » Murmure-t-elle. Je ne sais pas si c'est pour se rappeler de moi ou bien m’appeler. Je reste à sourire devant elle puis, elle se lève et me prend dans ses bras. « Euh d'accord.. » je suis un peu surpris de cette tendresse, mais je me prête au jeu. Je resserre mon étreinte sur elle et je suis un peu gêné. Après une heure à courir, je ne dois pas sentir très bon et être transpirant mais elle a l'air de s'en moquer. Mon sourire disparaît aussitôt quand je vois qu'elle ne se sent pas bien. Elle se réinstalle sur le banc derrière elle avant de tourner de l’œil. « Désolé, je n'ai encore rien avalé depuis ce matin » Je reste perplexe, mais je suis pareil, si je saute un repas, j'ai du mal à suivre le rythme... Je n'ai pas le temps de lui répondre, qu'elle enchaîne sur un question en me montrant la place libre à ses côtés. « Mais que fais-tu ici ? » Je m'avance et m'installe sur le banc tout en la regardant. Je ne dis rien pendant quelques secondes. « Désolé, je ne pensais jamais te revoir, c'est bizarre... » Je souris, tout en continuant à parler en français et en faisant attention à mon accent. « J'habite ici, à Fadden Hills... Mais je suis surpris de te voir ici... Qu'est ce que tu fais ici, toi ? » C'est vraiment incroyable de la retrouver là, dans ma ville, j'ai vraiment du mal à croire que c'est réel !

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Jeu 26 Oct - 16:16


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie



Je n’avais jamais vraiment pensé que j’allais le revoir. On s’était dit adieu et il m’avait tellement manqué. Lors de son départ, il m’avait dit de ne pas le suivre sur le parking ou viendrait le chercher le taxi. Mais au moment où il allait monter, je n’avais pu m’empêcher d’aller l’embrasser une dernière fois et le prendre dans mes bras. J’avoue un peu film américain. Mais je ne savais pas ce qui s’était passer sur ses quinze jours, il m’avait totalement envoûté. Je m’étais enfoncé dans mon mensonge sur mon âge, j’avais dû dire que j’allais à l’université même si ce n’était pas le cas. Mais tout le reste, les confidences, les propos sur ma famille, mes amis et les secrets avoués, eux étaient tous vrais et réels.
Du dîner dans ce magnifique restaurant au dernier moment sur ce parking, j’avais été ans un nuage, une bulle qu’on avait percé en se quittant. Qui pour moi s ‘était recouverte quelques semaines après…

Mais il ne devait pas le savoir. Si je lui avouais ma raison de ma venue ici… Mon âge…Le bébé... Il ne voudrait plus jamais me revoir et il ne m’aimerait jamais même si pour ça nous avions peut de chances selon moi. J’en serais dévasté. Je n’avais jamais senti autant de douceur venant d’une personne que lorsque que nous avons fait l’amour pour la première fois et toutes celles d'après. Il avait insisté pour que je lui dise que je voulais vraiment le faire, que j’étais prête. Mais pour moi, la question ne se posait même pas, c’était lui : L’homme, le bon… Lorsque je le pris dans mes bras, ce fut plus un besoin vital qu’un réflexe ou de la politesse, mais j’entendis son « Euh d’accord » et je pensais qu’il m’éloignerait de lui, mais il n’en fit rien. Au contraire, il resserra son étreinte sur moi, mais j’avais remarqué sa gêne. Je ne le pris donc pas trop longtemps dans mes bras. J’avais vu qu'il portait un jogging, il venait de courir, mais même la transpiration ou autre n’y changerais rien, j’avais eu besoin de le sentir contre moi, et j’en aurais encore besoin, je le savais. Mon ventre me joua un tour et je dû me rasseoir en trouvant une excuse probable lui demanda ce qu’il faisait ici en lui faisant signe de s’asseoir a cote de moi. Il ne me répondit pas de suite… Il revint sur terre comme si ma présence l’avait fait monter sur un nuage et me dit « Désolé, je ne pensais jamais te revoir, c'est bizarre... » Cela me faisait bizarre aussi… Mais je ne dis rien puis il enchaîna..« J'habite ici, à Fadden Hills... Mais je suis surpris de te voir ici... Qu'est-ce que tu fais ici, toi ? »
Il parlait toujours d’un français bien contrôlé. Je lui répondis en anglais pour lui montrer pourquoi j’étais ici. Enfin la partie officielle de l'iceberg. « Je suis en échange scolaire avec l’université. » Je devais continuer à mentir sur mon âge, je n’avais pas vraiment le choix. « J’habite dans une famille de la ville, mais c’est vrai que tu m’avais même parlé de cette fameuse ville, celle ou les couples n’arrêtent pas de se former, c’est ça ?  » .
J’avais totalement oublié ce détail. Et j’avoue que si je m’en serais souvenu, je n’aurais pas fait cas de ce détail à ma mère pour tout tenter pour le revoir, mais visiblement le destin avait fait le reste. « C’est une belle ville… Tu es toujours professeur au lycée ? » Nous avions parlé de certains de ses élèves qui ne faisaient aucun efforts et il m’avait raconter quelques anecdotes rigolotes là dessus. Mais je savais qu’avec cette question, je devrais me renseigner et faire attention de ne pas le croiser… Il allait finir par tout découvrir… En plus même au lycée il n’y avait pas d’échange scolaire cette année ma mère avait inventé ce mensonge donc si il apprenait mon âge il saurait que je ne suis pas là à cause de l’échange… J’étais totalement perdue.. Et lui aussi, je ne pourrais plus le revoir… Je me mis à paniquer , tout ce mélangea dans ma tête et je devins blanche comme un linge..

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Ven 27 Oct - 18:15


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie


Si on m'avait dit que j'allais la revoir un jour, je ne l'aurais certainement pas cru. Elle était un amour de vacance, enfin je ne sais pas si c'était le terme exacte, mais elle n'était que de passage dans ma vie. Du moins c'est ce que je pensais, c'est ce que je m'étais dit, qu'elle serait juste une belle histoire. Vous savez ces aventures qui arrivent, auxquelles on pense, se disant à quel point ça été merveilleux. Ce fut de courte duré entre nous, pourtant c'était si intense... J'ai cru que je la connaissais depuis toujours et pour une fois je ne me suis pas caché. Pour cause, quand elle m'avoua qu'elle était encore vierge a vingt-deux ans, elle semblait gêné. Je lui ai timidement sourit lui expliquant que moi aussi j'avais perdu ma virginité à cet âge là. Quelque chose que je n'avais jamais dit auparavant. Même la fille avec qui j'ai couché ne le savait pas. D'ailleurs, elle ne sait toujours pas... Cela a peut être rassuré Léonie, cela l'a peut-être mise en confiance. Le fait de savoir que j'étais pas le genre de gars à coucher à droite à gauche... Je ne regrette en rien notre histoire, mais je me suis senti un peu mal quand j'étais l'avion. Je lui ai pris sa virginité, une chose importante chez une femme... Et me voilà à partir à plus des milliers de kilomètres la laissant maintenant seule... Même si elle m'a assuré de nombreuses fois c'est ce qu'elle voulait et désirait, une partie de moi s'en voulait de l'abandonner après ça...
Mais peut-être que le destin ou je ne sais quel force mystique me donner le droit à une autre chance. Une chance de recommencer et de mieux me comporter. Elle était là devant moi et même si elle semblai aussi étonnée de me voir, la française était aussi contente et me sauta au cou ! Ma transpiration lui était égal, même si moi, ça me gênait... On s'est donc installé sur le banc et nous avons commencé à discuter. Au début il m'a fallut quelques secondes pour me dire que tout ça était bien réel. Puis je lui ai dis que j'habitais ici et je lui retournais la question. Qu'est ce qu'elle, elle faisait là. « Je suis en échange scolaire avec l’université. » me répondit-elle en anglais, je souris en l'entendant. Elle avait un accent bien français, mais elle parlait à merveille la langue de Shakespeare. Je fus quelque peu étonné de sa réponse, mais je la laissa continuer. « J’habite dans une famille de la ville, mais c’est vrai que tu m’avais même parlé de cette fameuse ville, celle ou les couples n’arrêtent pas de se former, c’est ça ? » Je fis un petit oui de la tête. Il est vrai que je lui en avais touché deux mots. J'ai juste souligné le fait que j'habitais dans une ville de l'amour, un peu comme Paris, mais à l'américaine ! Ma remarque l'avait rire. Je ne sais plus si j'avais dis le nom de ville, mais qu'importe. A sa stupéfaction, je me dis qu'elle ne se souvenait plus que j'étais d'ici... « C’est une belle ville… Tu es toujours professeur au lycée ? » Elle me regarde et je lui souris. « Oui, toujours... J'aime ce boulot aider les gamins qui parfois en ont besoin... Je donne aussi des cours de français à certains, enfants, étudiants et même adulte, histoire d'avoir quelques sous en plus à la fin du mois.. » Je ne sais pas pourquoi je disais ça, mais je me sentais mal. Comme si j'avais besoin d'argent... Le truc c'est qu'avec elle, j'ai l'impression de tout pouvoir dire, moi qui n'est pas du genre à blablater, j'ai l'impression d'être un autre homme et j'aime ça... Je reviens sur ce qu'elle m'a dit quelques minutes plus tôt. « Sinon cet échange, tu es au courant depuis longtemps ? Je veux dire d'habitude j'en entends parler... Il m'est arrivé de faire des cours à la fac, d'ailleurs ils m'ont proposé un mi temps pour donner des cours la-bas... » Je n'en dis pas plus, restant dans le vague, moi qui voulait au début accepter, si elle est étudiante je vais peut-être me raviser, ils ont tolérance zéro pour les professeurs qui sortent avec les élèves... Mais bon, je me fais des films, qui me dit qu'elle voudrait reprendre ou s'est arrêté à Paris ? Peut-être ce qui se passe à Paris, reste à Paris...

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Ven 27 Oct - 22:20


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie



La vie à Paris m’avait semblé si monotone. Ma mère m’avait fait passer toutes sortes d’examens histoires d’être sure que je pourrais prendre l’avion « dans ma situation » elle ne voulait même pas utiliser le mot « enceinte ». Elle m’avait aussi fait passer des tests en anglais pour être sure que je m’intégrerais correctement, mais j’avais déjà de très bonnes bases et avec Aedan cet été la nous parlions et en anglais et en français. Les frontières n’existaient plus lorsque j’étais dans ses bras. Malheureusement, elle était très vite revenue lorsqu’il avait pris la route de l’aéroport.

Je n’aurais jamais imaginé cette situation et je pensais ne pas m’en sortir. Comment faire pour lui parler et ne rien lui révéler. Ou alors peut être que ce hasard de s’ être revu était exactement un signe qui montrait que je devais lui dire toute la vérité. Il me confirma qu’il travaillait toujours au lycée de la ville. Mon visage devint encore plus blanc. Un fantôme serait peut-être plus visible que ma peau à cette heure-ci.
Il me raconta ensuite qu’il donnait aussi des cours de français parfois pour arrondir ses fins de mois. Je retrouvais enfin le Aedan de Paris , celui qui me confiait tout et n’avait aucune crainte de ses dires ou même des jugements. Nous n’en avions pas l’un pour l’autre nous étions parfaitement en communion chose qui ne s’était jamais produite auparavant avec un homme. Je savais qu’il me croiserait au lycée. Ma mère m’avait sélectionné en plus l’option "français" il serait donc mon professeur et se rendrait bien compte quand je serais dans sa salle que je lui aurais mentis sur mon âge.

Il me questionna ensuite sur l’échange en me demandant si j’étais au courant depuis longtemps. Je tentai de sourire. Il ajouta qu’il en aurait entendu parler qu’il lui arrivait de donner des cours à la fac. Mon dieu, je m’étais vraiment mis dans de sales draps. Je ne voulais pas avouer à ma mère le nom de l’homme avec qui j’avais fait l’amour, cela ne regardait que moi je ne pouvais donc pas lui dire que le futur père de l’enfant serait mon prof. Mais il risquait de tout découvrir. Étais-je prête à perdre son estime. Enfin, s'il en a pour moi.
« Il y a eu un désistement de dernière minute. Ma mère a fait demander à ce que je puisse venir. Elle pense que c’est une excellente opportunité pour l’entreprise de mon père. Je vais y avoir un poste par la suite. » .

Je m’enfonçais dans mon mensonge. J’avais toujours dit à Aedan à Paris que jamais je ne travaillerais pour mon père. Et je m’en rendis compte un peu tard. Mes joues me chauffaient et mes yeux me piquaient si seulement je pouvais lui révéler tout ce qui se passe et tout lui avouer. Mais je risquais de le perdre. « Alors depuis que nous ne nous sommes pas vus… Tu as eu des changements dans ta vie ? » Mes doigts s’entremêlaient, je savais que ce tic de nervosité était inévitable dans ce genre de situation. J’étais sûrement un peu cash, mais au moins s'il avait une copine, j’aurais le coeur brisé et je n’aurais rien à regretter en lui avouant tout. Mais si c’était le contraire l’espoir ne serait qu’encore plus fort en moi et je ne pourrais me résoudre à le perdre une nouvelle fois.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 30 Oct - 11:23


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie


J'étais vraiment très heureux de la voir. J'avais l'impression que le temps s'était stoppé, que je l'avais quitté hier. Rien n'avait changé, même notre relation n'avait pas spécialement changé. Notre relation dans le sens ou je pouvais tout lui dire sans crainte d'être jugé. C'est pour ça que je lui parlais des cours que je donnais en plus. Je n'étais pas en manque d'argent, car j'avais eu un héritage à la mort de ma mère, ce n'était pas énorme, mais je n'y touchais pas. Je me disais que ça pourrait servir, même si dans ma tête cet argent était pour un projet précis. Je me souviens que je parlais à ma mère après le mariage de Brennan et Sarah et elle m'avait dit que après ça serait mon tour. Et elle me posait souvent des questions sur mes relations. Mais je n'avais personne, je ne lui ai jamais dit que celle que je voulais Bren l'avait déjà... Puis c'est là qu'elle m'a donné la bague de grand mère. Brennan avait voulu acheter sa propre bague et elle me disait que la bague de grand mère devait rester dans la famille et elle me l'avait donné. Je l'avais pris dans mes bras et on a parlé de mariage. C'est pour ça que je ne touche pas à cet argent sur mon compte. Je me dis que ça sera pour mon éventuel mariage. Comme ça, c'est un peu comme si ma mère me payait mon mariage, comme si elle était là...

Mon attention reste figée sur Léonie et j'ai beau réfléchir, je n'ai entendu parler d'aucun échange. Du coup, sans gêne je lui pose la question, pour savoir si elle est au courant depuis longtemps... « Il y a eu un désistement de dernière minute. Ma mère a fait demander à ce que je puisse venir. Elle pense que c’est une excellente opportunité pour l’entreprise de mon père. Je vais y avoir un poste par la suite. » Je fronçais les sourcils à sa réponse. Pourquoi parlait-elle de l'entreprise de son père alors qu'elle m'avait assurer ne pas vouloir y travailler... Il s'était peut-être passé des choses qu'il l'avait fait changer d’avis ? « Après Mr. Danbrige est assez vieux, il a sans doute oublié de me le dire... Mais l'importance c'est que tu sois là... » Je voulais lui dire pour cette opportunité, le fait qu'à Paris, elle ne voulait vraiment pas travailler la-bas et je me demandais ce qu'il l'avait changer d'avis... Mais bon, c'était peut-être personnel. La question me brûlait les lèvres, car je voulais vraiment comprendre. S'il était arrivé quelque chose, je voulais le savoir, si je pouvais faire quoi que ce soit, je le voulais ! Je voulais l'aider. Mais la question resta en silence, car elle reprit la parole. « Alors depuis que nous ne nous sommes pas vus… Tu as eu des changements dans ta vie ? » Je ne pus m'empêcher de sourire en la regardant jouer avec ses doigts. Est ce que cela voulait dire que je lui plaisais toujours ? Je ravala mon sourire et je la regardais. « Rien de neuf, même si je pense à adopter un chien, j'en ai marre d'être tout seul chez moi, j'aimerais que quelqu'un m'attende et soit heureux de me voir... Et puis, j'ai toujours voulu avoir un chien, j'en ai jamais eu mon père étant allergique aux poils. » Je me stoppa quelques secondes. Et si, elle m'avait poser cette question juste pour me dire qu'entre nous il n'y auriez strictement plus rien ? Si elle avait rencontré quelqu'un je me dépêchais donc à lui poser la question à mon tour. « Et toi ? Enfin à part quitter la France pour Fadden Hills ? Je veux dire... ta famille doit te manquer, tes amis et.. peut-être quelqu'un d'autre ? » Je me mordis l'intérieur de la joue en attendant sa réponse.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Ven 3 Nov - 14:30


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie



Je savais que notre relation n’aurait pas duré enfin, c’est ce qu’on s’était dit. Je n’avais ceci dit pas imaginer qu’une fois que ma mère serait au courant pour le bébé, je n’aurais pas d’autre choix que de m’exiler en Amérique. Ma mère avait été cruelle. Mais en mois tout se mélangeait. Le coté négatif pour le bébé et le fait que ce soit une erreur, car j’avais menti à Aedan. Mais je ne pouvais m’empêcher de penser qu'Aedan était ma plus belle rencontre. Celle dont j’avais toujours rêvé..

Lorsque je lui annonçai qu’il s’agissait d’un désistement de dernière minute et que c’était pour avoir l’opportunité d’entrer dans l’entreprise de mon père. Aedan me regarda en fronçant les sourcils. Je savais que j’allais craquer… Il ne fallait pas que je fixe mes yeux dans son regard. Je baissais alors la tête. Il ajouta :
« Après Mr. Danbrige est assez vieux, il a sans doute oublié de me le dire... Mais l'importance, c'est que tu sois là... »
Je ne savais pas si c’était un cadeau pour une fois le faite que je sois là. S'il apprenait pour le bébé. Mon visage était pale. La tête me tournait encore un peu.

Je m’adossais au banc et trouvai la force de continuer la discussion.
« Alors depuis que nous ne nous sommes pas vus… Tu as eu des changements dans ta vie ? » Lui demandais-je en jouant avec mes doigts. Je redressai la tête pour écouter sa réponse. Il souriait. Mais son sourire disparu…
« Rien de neuf, même si je pense à adopter un chien, j'en ai marre d'être tout seul chez-moi, j'aimerais que quelqu'un m'attende et soit heureux de me voir... Et puis, j'ai toujours voulu avoir un chien, j'en ai jamais eu mon père étant allergique aux poils. »

Je souris à sa réponse en repensant à mon animal rester en France. C’était l’animal de la famille, mais il me manquait. Il me posa une question, mais mon esprit était ailleurs.
« Et toi ? Enfin à part quitter la France pour Fadden Hills ? Je veux dire... Ta famille doit te manquer, tes amis et.. Peut-être quelqu'un d'autre ? »
« J’aimerais moi aussi ne pas être seule… , murmurais-je en soupirant. Je me ressaisis et lui répondis : euh.. Ils me manquent, mais je vais les revoir.. Camille me manque surtout. Il connaissait mon amie Camille que nous avions croiser plusieurs fois à Paris. Et je n’ai personne d’autre… Enfin, je n’ai eu personne d’autre depuis toi… »
Je baissais la tête et regardais mon ventre. Ce bébé était le sien aussi et lui mentir m'en rendait malade.. Mais c'était aussi lui le papa donc il devait le savoir. Mon cerveau tournait encore et je ne pouvait plus lui mentir plus longtemps. Je devais tout lui avouer...


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 6 Nov - 11:06


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie


Je le prenais un peu mal le fait de ne pas avoir été averti de l'échange scolaire. mais bon, comme je l'ai dis à Léonie, Mr Danbrige est vieux et il n'a plus toute sa tête, mais ça m'étonne quand même de ne pas avoir reçu de mail ou quelque chose du genre. Je verrais ça plus tard, pour l'instant la seule chose qui me préoccupe c'est Léonie. De savoir qu'elle est là, en face de moi me remplie de joie. J'ai vraiment l'impression d'être un gosse... Puis elle me demanda ce qui avait changé depuis notre rencontre, enfin depuis qu'on s'était quitté. Et rien, rien n'avait changé ! J'étais toujours le même type. Je lui parlais de mon envie de chien, c'est vrai que ça me trottait dans la tête depuis un moment. C'est fatiguant de rentrer chez soi, alors que l'appartement est vide et que personne nous attend, j'aurais vraiment aimé avoir une personne qui soit content que je sois rentré, mais bon il est plus facile de se procurer un chien, qu'une copine... Timidement, je lui retourne la question, savoir qui lui manque en France, peut-être qu'elle a laissé un petit-ami sur le terminal de l'aéroport, après tout, plusieurs semaines se sont passés depuis mon départ... « J’aimerais moi aussi ne pas être seule… euh.. Ils me manquent, mais je vais les revoir.. Camille me manque surtout. Et je n’ai personne d’autre… Enfin, je n’ai eu personne d’autre depuis toi… » Je souris tendrement en écoutant sa dernière phrase. Moi aussi je n'avais eu personne, enfin presque. Il y avait cette fille, on s'était embrassé, mais je n'ai pas voulu aller plus loin. Léonie m'était revenu en tête et cela avait tout cassé, j'avais donc dit à cette fille que ce n'était pas possible et après m'avoir insulter, elle est partie. Bien sûr, je ne vais pas lui raconter ça, elle me prendrait pour un fou ! « Je peux comprendre que ta famille et tes amis te manques, mais ici tu vas trouver d'autres gens sympa. Tu as déjà visiter l'université, je peux te la montrer si tu veux ou même te faire visiter les alentours ? Bon pas de suite, car j'aurais besoin de prendre une douche, mais quand tu es dispo, je peux te faire visiter Fadden Hills, enfin si tu en as envie... » J'espérais qu'elle réponde positivement à mon invitation, même si j'avais envie de rester le restant de la journée avec elle, mon envie première était de prendre une douche, je ne devais pas sentir très bon, même si elle avait l'air de s'en fichait, cela me gênait un peu, puis il commençait faire frais et le fait de ne plus courir, je sentais la fraîcheur du mois d'octobre parcourir mon corps.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 13 Nov - 20:00


Je ne pensais jamais te revoir...
Aeonie



L‘échange scolaire n’était qu’une excuse, mais je savais que quand il le découvrirait tout s’écroulerait… Lorsque je lui avouais que Camille me manquait, je ne pue m’empêcher de repenser à ma meilleure amie que j’avais quitté avec une lettre très évasive, car ma mère l’avait relue avant de lui donner pour donner son accord. Je ne devais ni mentionner ni de date de retour ni même la raison de mon départ. Je ne devais pas dire ou j’allais.. Je savais que sans elle, je serais coupé du monde, mais je lui avais juste écrit : « Je reviendrais vite, je te le promets. Fais moi confiance, je t’aime fort ma Cam’s , Léo » J'avais ajouter un cœur rouge en bas de la page et avait glissé cette lettre dans une enveloppe et l'avais sceller avec un autocollant chat qu'on s'était amusé à récupérer dans un bouquin. Je savais qu’elle me tuerait une fois qu’elle saurait pourquoi j’avais dû quitter la France sans la prévenir d'autant plus qu'on passait notre fin d'année ensemble, quasiment toujours dans la même chambre, les soirs de pluies, on buvait du chocolat chaud après avoir été en forêt cherchée des châtaignes. On décorait la maison pour Noel et s'amusait à s'offrir les pires cadeaux possibles et aussi les plus beaux. Je l'adorais. Je l'aimais mon amie. Mais je lui parlerais de tout cela à mon retour. Enfin si elle ne me tuait pas car j'avais changé tout nos programmes... Ma mère m’avait même pris mon téléphone et m’en avait donner un programmé tout de suite avec tout les rendez-vous gynécologue avec la famille d’accueil et autre…

Je vis Aedan sourire lorsque je parlais.. Il avait un sourire qui me faisait vraiment fondre, je l’aimais énormément. Même plus, vu le manque que j’avais quand il avait été loin, je l’aimais.. Il me répondit : « Je peux comprendre que ta famille et tes amis te manques, mais ici, tu vas trouver d'autres gens sympas. Tu as déjà visité l'université, je peux te la montrer si tu veux ou même te faire visiter les alentours ? Bon, pas, de suite, car j'aurais besoin de prendre une douche, mais quand tu es dispo, je peux te faire visiter Fadden Hills, enfin si tu en as envie... »

Il voulait me faire visiter l’université alors que j’irais au lycée… Ma gorge se sera.. Les alentours, j’étais d’accord, car je ne serais pas dans un endroit à cause de mon mensonge… Enfin, il précisa qu’il voulait prendre une douche avant, mais quand je serais disponible et lui aussi, il pourrait me faire visiter. Je souris et commençai à me lever.

« Avec plaisir, j’avais totalement oublié que tu étais en train de courir. J’accepte ta proposition avec plaisirs. Je vais devoir y aller, la famille qui m’accueille doit m’attendre. On se donne rendez vous très vite, on va se revoir sur le campus. »
Je ne savais pas si je devais le faire, mais j’en avais très envie. Je me penchai vers lui l’embrassai tendrement, mais rapidement, trop rapidement… Je lui souris et partis.
Je ne savais pas quand je le reverrais, mais j’étais persuadé que ce baiser sera le dernier, malheureusement mon secret ne tiendra pas longtemps… Bientôt, il le découvrirait et m’en voudrait, je pense. Ce jour la sera un des plus durs..


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heart Of Love :: Les Déserteurs-
Sauter vers: