AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Promenons nous dans le parc [Lloyd]

 :: Les RPs Dépassés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Je viens de poser mes valises
❖ Lettres d'amour : 75
❖ Inscription : 31/10/2017

❖ Âge : 28
❖ Quartier Résidentiel : J'habite dans un appartement Windmere, sur l'allée Earl Estate.
❖ Occupation : Officiellement, je suis illustratrice de livres pour enfant. Sauf que je suis plutôt une cambrioleuse de haut vol.
❖ Situation Amoureuse : J'étais célibataire. Je suis célibataire. Je serais toujours célibataire... Bon, y a bien ce jeune homme attirant et agréable à regarder mais je me méfie grandement...

❖ Avatar : Laura Vandervoort
❖ Crédits : Hathaways (ava)
Je viens de poser mes valises
Sam 4 Nov - 0:30
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Promenons nous dans le parc
Calloyd


Aujourd’hui, j’avais décidé de prendre mon courage à deux mains et de sortir un peu de chez moi. Cela m’était parfois arrivé mais c’était assez rare. Néanmoins, depuis le retour de mon fiancé dans ma vie, j’arrivais plus facilement à aller de l’avant, à sortir seule en compagnie d’Alberto, mon chien. Et je savais parfaitement où j’avais envie d’aller. Je prévins alors Enzo que je sortais avec mon toutou et que je ne savais pas quand je reviendrais mais que j’avais mon téléphone s’il voulait me joindre. Je roulais tranquillement jusqu’à l’arrêt de bus, installant seulement à ce moment-là la laisse au collier d’Alberto. Il était très bien dressé et marchait à côté du fauteuil sans que j’ai besoin de le tenir en laisse mais c’était obligatoire dans le bus alors je n’avais pas le choix que de m’encombrer avec ça. Je réussis facilement à accéder à la zone handicapée du bus, mettant les freins au fauteuil pour éviter de voler s’il y avait un coup de frein trop brusque. Et une fois que je fus descendu du bus, je pus enlever la laisse de mon chien avant de la ranger dans mon sac. Je repris mon chemin jusqu’au parc, aimant réellement m’y promener. J’y avais de très bons souvenirs de l’époque où toute la famille s’y retrouvait le dimanche pour pique-niquer et j’espérais bien pouvoir reproduire cela avec Enzo et Luke un jour. Alberto flânait déjà un peu plus loin du fauteuil que dans la rue mais je n’allais pas le rappeler. Le parc était le seul endroit où l’absence de laisse ne posait aucun souci et je n’allais donc pas l’obligé à rester près de moi. Alors que je mettais arrêter pour attendre Alberto qui avait marqué une pause reniflage, je vis arriver un jeune homme que je connaissais. Il était comme toujours accompagné de sa chienne et je ne pus m’empêcher de sourire. Je m’approchais doucement du duo, ne pouvant m’empêcher de rire légèrement. « Tiens, tiens, tiens… Mais c’est mon chien en kit préféré. Coucou ma belle, comment vas-tu? Salut Lloyd, désolé de te saluer en dernier. Comment vas-tu? » J’avais l’impression d’être changé aujourd’hui. Avant, jamais je n’aurais osé saluer le jeune homme de cette façon et j’aurais encore moins souris comme je le faisais actuellement. Mais j’étais contente de pouvoir sortir, de profiter de l’extérieur pendant que je le pouvais encore. J’espérais qu’il n’allait pas neiger de trop cet hiver sinon je serais condamnée à rester coincer chez moi… En tout cas, j’espérais que le jeune homme allait bien et je comptais bien avoir une réponse à cette question.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
❖ Lettres d'amour : 144
❖ Inscription : 26/10/2017
Fier d'être Lieutenant de Police
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Place de la ville avec sa fiancée Isabelle Firley
❖ Occupation : Lieutenant de Police
❖ Situation Amoureuse : Isabelle Firley, c’est le nom de sa douce fiancée et future ex lorsque Averleen va faire son grand retour?
Je ne veux pas de co-équipier
❖ Avatar : Jesse Lee Soffer
❖ Crédits : Moi et les gifs sont trouvé sur Google
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
Sam 4 Nov - 1:14

Depuis le retour d’Averleen, Lloyd passait beaucoup de temps dehors, tentant de mettre de l’ordre dans son esprit et encore plus sur ce qu’il voulait. Il n’avait pas pu s’empêcher de prendre son chien, a seule compagne qui lui faisait des câlins sans demander un retour et parler de mariage. En même temps, le jour ou l’animal parlerait, il serait drôlement surpris. Comme toujours, dans le parc, il avait enlevé sa laisse en lui disant d’être attentive et de marcher au pied. Comme si elle avait deviné que son maître était distrait, elle marchait vraiment très au pied et parfois le faisait se stopper quand un petit passait. Ce chien l’étonnera toujours.

Il n’avait pas encore vu Calliope, que Leenie semblait déjà toute excitée, elle avança plus rapidement pour aller vers une femme en chaise se faire câliner, elle aussi était très sélective, et visiblement sa chienne adorait la jeune femme, elle s’assit sagement devant la chaise, avec beaucoup d’attention, comme toujours attendant sa caresse avant d’aller renifler l’endroit avec Alberto. La jeune femme devant lui s’excusa de le saluer en dernier et lui demandant comment il allait. Elle semblait être de très bonne humeur. Il sourit, n’étant pas sur de vouloir répondre à la question, il préféra un évitement même s’il se doutait qu’elle ne lâcherait pas.

- Visiblement mieux que toi, tu es très souriante aujourd’hui. Je te pardonne facilement d’avoir dit bonjour à Leenie en premier. Elle t’a tout de suite repérée. Elle t’aime beaucoup. Et je crois qu’elle elle est contente, on promène beaucoup ces temps-ci. Alors dit moi, comment ça se passe de ton côté ?

Ils avaient un peu parlé de leur histoire commune, elle qui avait fuis sa vie à cause son handicap et lui qui avait l’impression d’avoir été fui par la femme qu’il aimait. Il avait tenté de convaincre la jeune felle de laisser une chance à ceux qu’elle aimait de vivre avec elle, il savait comme cela faisait mal. Il ne savait pas trop s’il avait réussi. Elle était aussi une des rares qui semblait ne pas parler de ses fiançailles avec Isabelle comme une suite logique de leur amour et aussi une des rares à lui dire de se demander ce qu’il veut. Il avait voulu laisser sa chance à Isabelle mais il devait avouer que pour commencer la mort de son co-équipier avait bouleversé les choses et puis la venue d’Averleen qui remettait en question tout ce qui avait été dit. Le fait qu’elle lui ait ouvertement demandé de se questionner sur le pourquoi il était si réfractaire à l’idée du mariage. Il n’arrivait même pas à savoir lui-même. Oui, il savait qu’il s’était senti dans l’obligation d’accepter la demande d’Isabelle, qu’il arrêter de penser qu’Averleen reviendrai et pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je viens de poser mes valises
❖ Lettres d'amour : 75
❖ Inscription : 31/10/2017

❖ Âge : 28
❖ Quartier Résidentiel : J'habite dans un appartement Windmere, sur l'allée Earl Estate.
❖ Occupation : Officiellement, je suis illustratrice de livres pour enfant. Sauf que je suis plutôt une cambrioleuse de haut vol.
❖ Situation Amoureuse : J'étais célibataire. Je suis célibataire. Je serais toujours célibataire... Bon, y a bien ce jeune homme attirant et agréable à regarder mais je me méfie grandement...

❖ Avatar : Laura Vandervoort
❖ Crédits : Hathaways (ava)
Je viens de poser mes valises
Sam 4 Nov - 11:18
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Promenons nous dans le parc
Calloyd


Enzo avait été surpris de voir que je sortais de mon propre chef, sans qu’il n’ait eu besoin de me pousser, de tempêter contre moi parce que je refusais de sortir, que je passais mes journées cloîtré dans ma chambre. Je lui avais fait un petit sourire, terminant de le surprendre. Cela faisait bien longtemps qu’il ne m’avait pas vu d’aussi bonne humeur mais je savais pourquoi. Luke était revenu et même si j’avais encore du mal à accepter quelques petites choses de sa part, j’arrivais de plus en plus à accepter son regard sur moi. Et je savais que si j’arrivais à accepter le regard de l’homme qui comptait le plus pour moi, je pouvais accepter le regard d’inconnus. Après tout, je me fichais bien de ce que les autres pensaient de moi. Ils pouvaient tout aussi bien ne rien en avoir à faire ou même me reconnaître en tant qu’ancien mannequin, cela n’avait pas d’importance pour moi… Tant qu’ils ne venaient pas m’aborder pour me poser des questions sur mon handicap. Ce n’était pas parce que j’acceptais Luke dans ma vie que j’acceptais que tout le monde parle de mon fauteuil. En arrivant au parc, je ne m’attendais pas à tomber sur Lloyd mais quand j’aperçus Leenie au loin, je ne pus m’empêcher de sourire. Cela faisait un moment que je n’avais pas croisé le jeune homme et sa grosse louloute. C’était elle qui nous avait permis de nous rencontrer et j’étais bien contente d’avoir fait la connaissance du lieutenant. Il m’avait aidé à comprendre certaines choses et si le retour de Luke dans ma vie c’était aussi bien passé, c’était en partie grâce à lui. Je fis un gros câlin à Leenie avant de la laisser vaquer à ses occupations avec Alberto pendant que je me focalisais sur son maître. Je haussais un sourcil quand il avoua que cela semblait aller mieux pour moi que pour lui. Apparemment, il y avait du changement aussi bien pour lui que pour moi. Mais il ne semblait pas spécialement apte à en parler… Sauf que c’était mal me connaître. « Oh, personnellement, ça a pas mal bougé depuis quelques temps… Mon frère a fait appel à une infirmière pour me baby-sitter, comme si j’avais besoin de cela. Et puis… Il a également donné mon adresse à Luke. Donc autant te dire que mon fiancé n’a pas dû hésiter bien longtemps avant de débarquer parce que je l’ai sur le dos désormais. » Je ne pus m’empêcher de sourire à nouveau. Et dire que je m’étais fait de nos potentielles retrouvailles tout un drame à cause du fauteuil. C’était à peine s’il l’avait regardé… Il n’avait vu que la faible probabilité que je puisse remarcher un jour et il essayait de me persuader que mes séances de kiné allaient me permettre d’y arriver. Mais mes progrès étaient tellement fluctuants qu’un jour, j’étais persuadé d’y arriver alors que tous mes espoirs s’envolaient le lendemain… « Mais malgré tout, je suis contente de l’avoir retrouvé. Ce n’est pas facile à cause du fauteuil mais on apprend à se redécouvrir malgré mon handicap… Mais assez parler de moi. Tu ne crois quand même pas que tu vas t’en sortir aussi facilement. Alors, dis-moi, qu’est ce qui se passe? » Du peu que je savais de la vie de Lloyd, j’avais facilement compris quelques petites choses. Il avait été ami avec une jeune fille qui était partie sans donner d’adresse ni même de nouvelles, une jeune fille qu’il avait aimé… Et qu’il aimait toujours vu la façon qu’il avait d’en parler. Il ne le voyait peut-être pas mais il avait cette petite étincelle dans le regard dès qu’il abordait le sujet de la petite fille, étincelle qui disparaissait quasi immédiatement dès que le sujet dérivait sur sa fiancée.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
❖ Lettres d'amour : 144
❖ Inscription : 26/10/2017
Fier d'être Lieutenant de Police
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Place de la ville avec sa fiancée Isabelle Firley
❖ Occupation : Lieutenant de Police
❖ Situation Amoureuse : Isabelle Firley, c’est le nom de sa douce fiancée et future ex lorsque Averleen va faire son grand retour?
Je ne veux pas de co-équipier
❖ Avatar : Jesse Lee Soffer
❖ Crédits : Moi et les gifs sont trouvé sur Google
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
Dim 5 Nov - 18:18

Lloyd était heureux d’entendre que ça avait pas mal dans la vie de la jeune femme. Il fut ravi d’apprendre que son frère avait pris l’initiative de donner l’adresse au fiancé. Et que ce dernier n’avait pas hésité à venir la retrouver. Pour lui, ce n’était que de bonne nouvelle. Lui qui voulait lui faire comprendre qu’elle ne devait pas le laisser tomber pour ça. Il hocha la tête.

- Ce ne sont que des bonnes choses pour moi. Félicite ton frère pour moi. Je t’avais dit que Luke ne te laisserais pas tomber aussi rapidement s’il t’aimait vraiment. Cela te fera beaucoup de bien j’en suis certain et puis, une guérison passe toujours par le moral. Donc je suis persuadé que tu ne pourrais qu’aller de mieux en mieux avec la présence de personne qui compte énormément pour toi.

Elle ajouta qu’elle était malgré tout heureuse de l’avoir retrouvé, que ce n’est pas facile et qu’ils apprenaient à se découvrir à nouveau. Lloyd était ravi pour la jeune femme, son fiancé l’aimait sincèrement et son frère le savait. Elle revint ensuite rapidement sur la petite phrase qu’il avait prononcé. Il ne se connaissait pas depuis longtemps et pourtant, elle avait appris quelques petites choses sur lui, son sentiment d’abandon face à Averleen, sa façon de tenter d’éviter les sujets. Il avait parfois l’impression de retrouver une vieille amie. Il hocha la tête, il savait qu’elle n’abandonnerait pas non plus l’idée de le faire parler mais il avait quand même envie de trainer un peu sur le sujet, pour la taquiner et aussi tenter de remettre les choses en place.

- Et bien c’est une bonne chose si vous vous redécouvrez. Et puis votre couple ne pourra qu’en devenir plus fort. Et tout n’est jamais facile même s’il y a toujours des solutions. Ne passe pas à côté de ton bonheur... Tu sembles si heureuse, que je ne doute pas qu’il en soit la cause.

Il marqua une petite pause, jetant un œil à Leenie qui jouait avec Alberto. Il sourit en les voyant faire, c’était adorable. Il reposa ensuite son regard sur Calliope, il devrait lui répondre, sans quoi, elle n’allait sans doute pas le laisser tranquille.

- J’ai rencontré mon nouveau co-équipier il y a quelques jours... et cela a été une grande surprise. Tu te souviens de la fille qui était partie sans nouvelle il y a 20 ans ? Averleen Elroy et bien c’était elle. Elle a changé de nom, elle s’appelle Dunhallow, elle a été adoptée. Elle est revenue pour enquêter sur la mort de Camille, sa sœur.

Il se stoppa un instant, il ne s’était pas rendu compte de la petite lumière dans ses yeux, ni l’éclair de douleur quand il avait parlé de la mort de Camille mais aussi quand il avait dit qu’elle était revenue pour cette enquête. Il se décida à reprendre.

- Elle a appris qu’Isabelle m’avait demandé en fiançailles. Elle m’a demandé des informations sur le mariage. J’ai dit qu’il n’y avait pas de mariage. Elle est quand même revenue sur le sujet. Isabelle et elle se sont rencontrées à la fête de l’automne. Et mes idées commencent sérieusement à se bousculer. Averleen m’a dit que ce n’était pas normal d’avoir autant de crainte à l’égard d’un mariage, qu’il devait y avoir une raison. Et moi j’ai l’impression d’avoir rompu une promesse... J’ai horreur de ça. Et d’un autre côté, elle me donne l’impression de tout faire pour partir au plus vite. Je ne sais même pas si elle serait venue me voir si on ne travaillait pas ensemble. C’est comme si elle m’avait oublié. Elle me dit que non... Mais je ne peux m’empêcher de penser à son manque de nouvelle, du fait qu’elle ne soit pas venue, qu’elle n’ait pas pensé à me rechercher... Elle n’est même pas passé au magasin des parents... Alors je ne sais pas quoi penser.

Il avait porté automatiquement le regard en direction de son chien, comme toujours lorsqu’il refoulait une émotion, il n’avait même pas remarqué que sa voix devenait plus douloureuse au fur et à mesure de son discours. Il ne dupait personne sur ses sentiments envers elle. En dehors de lui-même probablement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je viens de poser mes valises
❖ Lettres d'amour : 75
❖ Inscription : 31/10/2017

❖ Âge : 28
❖ Quartier Résidentiel : J'habite dans un appartement Windmere, sur l'allée Earl Estate.
❖ Occupation : Officiellement, je suis illustratrice de livres pour enfant. Sauf que je suis plutôt une cambrioleuse de haut vol.
❖ Situation Amoureuse : J'étais célibataire. Je suis célibataire. Je serais toujours célibataire... Bon, y a bien ce jeune homme attirant et agréable à regarder mais je me méfie grandement...

❖ Avatar : Laura Vandervoort
❖ Crédits : Hathaways (ava)
Je viens de poser mes valises
Dim 5 Nov - 20:33
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Promenons nous dans le parc
Calloyd


En repensant à ce qu’il c’était passé dans ma vie depuis la dernière fois que j’avais croisé Lloyd, je ne pouvais m’empêcher de sourire. Même si ce n’était pas évident tous les jours, je faisais des efforts pour permettre à mon fiancé de faire partie de ma vie. Parce que je l’aimais et que je refusais l’idée de vivre sans lui désormais. Cela avait toujours été le cas, même pendant les six mois de séparation. Mais je ne m’en étais pas rendu compte. J’avais simplement pensé qu’il serait mieux sans moi et qu’il fallait donc que je parte sans lui dire au revoir, qu’il aurait des scrupules à quitter une jeune femme handicapée. Mais non seulement, il ne m’avait pas quitté mais en plus, il prenait part pleinement à mon quotidien, ce qui ne devait pas être évident à accepter. Quand on savait que j’avais été un grand mannequin jusqu’à il y a six mois, il y avait fort à parier que c’était difficile de me voir ainsi diminuer. Surtout pour mes proches. Mais je sentais qu’il y avait du changement dans la vie du jeune homme, il l’avait laissé sous-entendre. Et j’avais envie de savoir de quoi il s’agissait. Je me doutais que ce n’était pas une annonce de date de mariage, il était tellement récalcitrant à épouser sa fiancée que cela m’aurait laissé sur les fesses s’il m’avait annoncé qu’ils avaient finalement arrêté une date. Même si j’étais déjà assise, je vous le concède. Il m’expliqua alors qu’il avait fait la rencontre de son nouvel équipier et je hochais la tête quand il me demanda si je me souvenais de la fille dont il m’avait parlé, celle qui avait disparu depuis vingt ans. Et je ne pus m’empêcher de faire des yeux ronds quand il avoua que c’était elle, qu’elle était revenue pour clôturer l’enquête sur le meurtre de sa petite sœur. Je ne pus m’empêcher de sourire en revoyant cette petite étincelle dans ses yeux même si elle fut un peu ternie par le sujet du meurtre de Camille. Il reprit la parole, me disant qu’elle ne comptait rester que pour boucler l’enquête, me faisant grimacer. Je hochais la tête, assimilant les informations qu’il me donnait, essayant de les retourner dans tous les sens comme des pièces de puzzle pour comprendre la situation. Et apparemment, c’était quand même relativement assez simple, il n’y avait que les principaux intéressés qui ne voyaient pas ce qu’il y avait devant le bout de leur nez. Je ne pus m’empêcher de sourire tout en secouant la tête. « Je suis d’accord sur un point avec cette jeune femme. Quand on aime quelqu’un, on a envie de se marier avec. Sauf pour ceux qui trouvent le mariage ridicule mais ce n’est pas ton cas vu que tu lui avais promis de te marier avec. Ce que je veux dire, c’est qu’il y a forcément une raison pour laquelle tu es contre l’idée d’épouser Isabelle. Et j’ai bien ma petite idée de la réponse. » Mais je ne comptais pas spécialement le lui avouer tout de suite. Je voulais d’abord qu’il réfléchisse de lui-même à la situation. J’imaginais qu’il ne devait pas être dans une excellente situation, coincé entre la demande d’Isabelle et la promesse qu’il avait faite à Averleen. Mais c’était la dernière partie de son discours qui était assez intéressante à exploiter. La crainte qu’il pouvait avoir qu’elle reparte après avoir trouvé le meurtrier de sa sœur me confortait dans l’idée qu’il était toujours amoureux de la jeune femme mais qu’il ne s’en rendait pas compte. Je ne pus m’empêcher de rire légèrement à cette idée tout en secouant la tête. « T’es bien un mec Lloyd… Imaginons juste une seconde. Tu as toujours été amoureux d’une jeune femme que tu as dû abandonner il y a vingt ans parce que ton père fuyait la ville. Tu l’as toujours aimé et quand tu as voulu retourner à Fadden Hills pour venger un être cher, elle t’annonce qu’elle est fiancée… Tu crois vraiment que tu aurais envie de rester dans cette ville tout en sachant que la femme que tu aimes en aime un autre et qu’ils vont se marier? » C’était réellement la question. Personnellement, je savais que je ne supporterais pas l’idée que Luke épouse une autre femme que moi et que je ferais tout pour quitter la ville au plus vite, pour ne pas être le témoin malheureuse de son union avec une autre femme. « C’est peut-être aussi simple que cela. Averleen t’as toujours aimé et elle ne supporte pas l’idée que tu épouses Isabelle. Alors elle en parle pour se faire à l’idée, pour l’accepter tout en sachant qu’elle doit partir rapidement histoire de ne pas souffrir de te voir épouser une autre femme… » Même si je ne connaissais pas l’amie d’enfance de Lloyd, j’étais assez douée pour décrypter la psychologie féminine. Et j’aurais mis ma main à couper que j’avais pointée juste. Il allait juste falloir que cela rentre dans le crâne de piaf de Lloyd et je pouvais le dire, ce ne serait pas gagné.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
❖ Lettres d'amour : 144
❖ Inscription : 26/10/2017
Fier d'être Lieutenant de Police
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Place de la ville avec sa fiancée Isabelle Firley
❖ Occupation : Lieutenant de Police
❖ Situation Amoureuse : Isabelle Firley, c’est le nom de sa douce fiancée et future ex lorsque Averleen va faire son grand retour?
Je ne veux pas de co-équipier
❖ Avatar : Jesse Lee Soffer
❖ Crédits : Moi et les gifs sont trouvé sur Google
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
Dim 5 Nov - 23:56

Il la regarda grimacer alors qu’il parlait de l’enquête, elle aussi semblait que cela sonnait mauvais. Elle finit par dire qu’elle était d’accord avec Averleen sur un point, quand on aime quelqu’un, on n’agit pas comme lui à fuir le mariage. Il poussa un grognement de frustration, un moment, ils étaient tous à lui dire d’épouser Isabelle et maintenant qu’Averleen était rentrée, tout le monde lui disait que son comportement marquait le fait qu’il n’avait pas envie de l’épousé. Ca le rendait fou. Elle déclara qu’elle avait une idée sur la réponse, chose à ne pas trop dire à Lloyd.

- Je sais qu’il y a une partie du comportement qui est à cause d’Averleen, à cause de ce que j’ai ressenti avec son départ. A cause de tout cet espoir que j’avais mis, qu’il y a cette promesse que j’ai faite à Alex... Mais je suis perdu... A moins que ton idée ne regroupe pas ça... Mais dans ce cas-là, tu vas bien devoir me la dire.

C’était tellement plus facile de parler du passé que des sentiments présent qu’il tentait de refoulé et tout ça parce que ce n’était pas bien, parce qu’il se sentait un besoin de devoir envers Isabelle, il se disait qu’il ne pouvait pas lui faire ça. Il y en a qui refoulent leur sexualité, lui s’était une personne en particulier. Calliope tourna le problème dans l’autre sens comme si c’était lui qui est parti. Il secoua la tête. Elle continua en disant ensuite que la jeune femme était toujours amoureuse de lui, Lloyd devint blanc et laissa un petit blanc pour se remettre avant de répondre.

- Ca ne se peut pas. Il faut déjà considérer qu’elle était amoureuse de moi... Nous étions des enfants... Mais même en prenant cette hypothèse pourquoi n’aurait-elle pas tenté de me contacter avant ? Mes parents tiennent le commerce le plus connu. Je suis dans le bottin, elle n’avait qu’à regarder dans le fichier des flics... Et puis pourquoi elle ne m’a pas averti de sa présence avant... elle devait être là depuis au moins deux semaines... Et oui je serais resté, parce que j’aurais compris qu’elle avait besoin de moi si elle était aussi importante pour moi. Ou même, je me serais battu pour tenter de savoir si j’avais une seule chance. J’étais encore en train de la rechercher quand j’ai croisé son regard... j’aurais sauté sur la première occasion de refuser le mariage, le moindre doute. Je me suis battu pour elle, j’en ai fait baver à Isabelle à cause d’une histoire fictive entre elle et moi. J’avais tellement attendu qu’elle revienne que j’ai voulu qu’Isabelle ne me suivent pas en me disant qu’une fois qu’elle sera libre de sa vie, elle reviendra ici pour moi parce que c’est ce que moi j’aurais fait. J’ai refusé qu’Isabelle vienne habiter chez moi... Avant d’accepter parce que tout le monde me pensait idiot. Alors pourquoi si elle m’aime tant que tu veuilles le dire, elle n’a pas fait la moindre de ses choses ? Pourquoi elle a attendu qu’il soit trop tard pour apparaitre et avant même de savoir que j’étais fiancé me balancer que de toute façon j’étais pas là pour sa vie, me juger et me balancer qu’elle n’étaient là que pour venger sa sœur ? Pourquoi elle n’a pas compris que je lui en voulais de ce vide ? Parce que l’aurais largement compris et je me serais excusé d’avoir été un trouillard.

Sa voix s’était faite plus basse, plus blanche au fur et à mesure de son discours. Le lieutenant avait l’impression que tout s’écroulait autour de lui et il ignorait comment réagir. Il voulait se convaincre qu’elle ne pouvait pas être amoureuse de lui, sinon elle aurait agi bien plus tôt. Et c’est pas comme s’il avait craché joyeusement qu’il était fiancé. Leenie sembla sentir le désarroi de son maître et abandonna son jeu pour venir se coincé dans ses bras. Il la caressa distrait.

- Elle a dû me tiré les vers du né pour me faire avouer que j’étais fiancé. Et je n’ai pas été sympa avec Isabelle parce que j’ai dit qu’elle m’avait demandé en fiançailles. Même si c’est vrai. Je lui ai confié mes doutes sur mon avenir avec elle, je lui ai dit qu’on n’avait pas d’enfant alors qu’elle a cru que Joshua était notre enfant. Alors pourquoi elle n’en a pas profité ? Même si j’ignore ce que j’aurais répondu, ce qu’elle m’aurait répondu. Bon sang c’est Averleen. La fille qui jusqu’à mes 25 ans avait la place la plus importante dans ma vie.

Il ne comprenait pas pourquoi elle n’avait rien dit. Pourquoi elle s’était contenter de faire comme si de rien était, de se montrer détachée. Pourquoi cela semblait tellement logique pour Calliope qu’elle était tellement amoureuse. Il n’aurait pas réagi en voulant fuir encore, il n’aurait pas non plus réagit comme si tout était normal, il aurait profité de chaque possibilité de contact avec elle et pas le fuir. Il se serait montrer fort si elle avait besoin de lui et non fuir en sachant tout le mal que cela avait fait dans le passé et elle faisait tout le contraire. Il n’arrivait pas à comprendre comment l’autre femme en était arrivée à cette conclusion. Ou alors c’était purement féminin de fuir ? Il commençait à se questionner et se demandait si Isabelle fuirait aussi dans ce cas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je viens de poser mes valises
❖ Lettres d'amour : 75
❖ Inscription : 31/10/2017

❖ Âge : 28
❖ Quartier Résidentiel : J'habite dans un appartement Windmere, sur l'allée Earl Estate.
❖ Occupation : Officiellement, je suis illustratrice de livres pour enfant. Sauf que je suis plutôt une cambrioleuse de haut vol.
❖ Situation Amoureuse : J'étais célibataire. Je suis célibataire. Je serais toujours célibataire... Bon, y a bien ce jeune homme attirant et agréable à regarder mais je me méfie grandement...

❖ Avatar : Laura Vandervoort
❖ Crédits : Hathaways (ava)
Je viens de poser mes valises
Lun 6 Nov - 18:32
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Promenons nous dans le parc
Calloyd


Je ne savais pas trop quoi penser de cette histoire de départ une fois que son enquête serait terminée… J’étais persuadée que c’était plus dans le sens de fuir la relation Lloyd-Isabelle qu’un véritable problème avec la ville. Si Averleen était réellement amoureuse de Lloyd, j’étais même persuadée que c’était la seule explication logique. Je ne pus m’empêcher de sourire quand il grogna alors que j’appuyais les dires de son amie d’enfance, concernant le fait qu’il devait réellement se demander pourquoi il ne voulait pas épouser Isabelle. Mais ce qu’il ajouta quand il reprit la parole me fit faire la moue. Ce n’était pas ce à quoi je pensais quand je lui avais parlé de la raison pour laquelle il ne voulait pas épouser sa fiancée. Je soupirais bruyamment en levant la tête au ciel. « Mais c’est pas possible d’être aveugle et borné à ce point… Cela peut expliquer, oui. Mais ce n’est pas la principale raison pour laquelle tu n’as pas envie d’épouser ta fiancée. Désolé de te le dire mon gars mais… T’es toujours amoureux de ton amie d’enfance, il n’y a que toi et Averleen pour ne pas le remarquer. » Et je comptais bien tout mettre en œuvre pour que Lloyd le comprenne. S’il aimait toujours la jeune femme, c’était une excellente explication pour son refus, son obstination à ne pas épouser Isabelle. Par la suite, il ne semblait absolument pas convaincu que la jeune femme soit amoureuse de lui. J’allais avoir du boulot pour lui faire entendre raison à celui-là… Quand je vous disais qu’il avait une cervelle de piaf. Ce qu’il pouvait être borné par moment. Je levais un doigt, un petit sourire en coin aux bords des lèvres. « Lloyd… Tu n’as jamais songé que si elle n’avait pas cherché à te recontacter, c’était à cause de tes proches? Elle avait certainement confiance dans tes réactions mais pas en celles de tes proches. Elle se doutait qu’elle t’avait blessé et elle craignait peut-être de se faire envoyer bouler par ta famille si elle reprenait contact avec toi. Je sais comment sont les gens, ils veulent nous protéger et peut-être que tes parents lui auraient raccroché au nez si elle avait essayé de te recontacter. » Je fis une légère grimace. Ce n’était pas évident de parler pour quelqu’un que l’on ne connaissait pas, d’essayer d’analyser ses réactions. Même si je m’en sortais relativement bien, ce n’était pas évident pour moi. Je me basais sur mes propres réactions car je savais que beaucoup de femmes réagissaient comme moi je pouvais réagir. Même si nous étions toutes différentes, nous avions des similitudes. Je posais doucement ma main sur l’épaule de Lloyd, essayant de le réconforter. « Ecoute Lloyd… Tu lui avais promis que vous vous marierez quand vous serez plus grand. Et elle revient pour découvrir que tu es fiancé. Elle a peut-être pensée que si tu n’avais pas osé lui en parler, c’était justement à cause de cette promesse, que tu n’osais pas lui dire de peur qu’elle le prenne mal. Et par la suite, elle pense sans doute que malgré tes hésitations, tu es amoureux d’Isabelle. On peut douter de vouloir épouser quelqu’un tout en l’aimant. Et si elle ne t’a rien dit sur ses sentiments, c’est parce qu’elle souffre déjà de te savoir fiancé, elle ne veut pas en plus avoir à souffrir d’un rejet… » La psychologie féminine était tellement complexe pendant que j’y pensais. Il fallait vraiment un décodeur extérieur pour nous comprendre… Dommage qu’il ne soit pas intégré à chaque homme, cela rendrait nos relations bien plus simple.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
❖ Lettres d'amour : 144
❖ Inscription : 26/10/2017
Fier d'être Lieutenant de Police
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Place de la ville avec sa fiancée Isabelle Firley
❖ Occupation : Lieutenant de Police
❖ Situation Amoureuse : Isabelle Firley, c’est le nom de sa douce fiancée et future ex lorsque Averleen va faire son grand retour?
Je ne veux pas de co-équipier
❖ Avatar : Jesse Lee Soffer
❖ Crédits : Moi et les gifs sont trouvé sur Google
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
Lun 6 Nov - 23:16

Lloyd ne comprenait pas pourquoi son amie levait les yeux au ciel de cette manière alors qu’il disait avoir été traumatisé par le départ d’Averleen et puis ce qu’elle prononça lui donna l’impression de s’être pris une gifle en pleine face. Lui amoureux d’Averleen !? Non, il ne pouvait pas, cela ne se pouvait. Sans même s’en rendre compte, il s’était mis à parler, voulant dire que ce n’était pas possible mais ses paroles furent bien tout autre chose.

- Je ne peux pas faire ça à Isabelle. Non, pas après autant de temps, pas après tout ça. Pas après ce que je lui ai fait. Pas après tant de patiente ! Non, je ne peux pas faire ça à Isabelle !! Non non !! Je ne peux pas !! Je...

Il se stoppa prenant conscience qu’il n’était pas en train de dire qu’il était amoureux d’Isabelle mais qu’il réagissait comme si on parlait de la trahir simplement. Ses paroles ne niait même pas ce que venait de dire Calliope. Se pouvait-il qu’elle ait raison ? Cela ne se pouvait comment fait-on pour ne pas remarquer qu’on est amoureux ? Il secoua la tête assez fortement. Non, cela ne pouvait être possible. Il avait finir par lui en vouloir, il lui en voulait encore et il aimait Isabelle. Il avait accepté les fiançailles... Oui, c’est ridicule mais c’est un très bon cas de déni à étudier pour les futurs psychologues.

Il allait parler à nouveau quand elle leva un doigt l’interrompant. Elle lui demanda s’il avait pensé au fait qu’elle aurait peut-être eu peur de ses parents. Il ne voulait pas imaginer qu’Averleen puisse craindre autant. Il secoua encore une fois la tête, il ne pouvait pas penser à cette possibilité. Il était certains que ses parents ne l’auraient jamais fait.

- Non mais parent ne l’auraient jamais fait ! Ils ont bien tenté de m’expliquer qu’elle n’avait pas eu le choix, on était des enfants. Et peuvent ils savaient que je voulais revoir Averleen et que ce ne soit pas le cas, cela me meurtrirais le cœur. Puis ils ont toujours voulu savoir pour elle aussi, ma mère était si proche de la sienne, elle n’aurait jamais renié une petite fille, dont elle avait été une des meilleures amies de la mère. C’est contre ses propres principes !  Leenie ne peut pas penser ça !?

Il semblait purement et simplement horrifier à cette idée. C’était comme s’il imaginait que ses propres parents auraient pu le trahir. Il en était certain, ils ne le feraient jamais. Et il ne voulait pas que la jeune femme pense à ça. Il releva la tête quand il senti la main de Calliope sur son épaule alors qu’elle tentait de se montrer gentille en tentant de prouver qu’Averleen pouvait bien être amoureuse de lui et toutes les explications logiques. Il ne pouvait nier le contraire, cela tenait la route. Il émit un léger soupir et secoua la tête, il commençait à penser que c’était un véritable abruti. Il laissa un léger soupir s’échapper se resserrant contre sa chienne.

- J’ai soudainement l’impression d’être un idiot. Comment je peux être un bon flic et ne pas voir ce genre de chose ?

Il se sentit soudainement idiot. Une fille qui ne connaissait pas Averleen semblait en savoir dire bien plus que lui. Calliope semblait tellement sûre d’elle, qu’elle ne n’imaginait qu’elle puisse se tromper un instant. Et il ne pouvait pas dire que ses arguments n’avaient aucune logique, ce serait du mensonge. Et il ne ferait pas ce genre de chose. Il était peut-être le roi pour nier ses propres sentiments mais il n’allait pas accuser les autres de mensonges. Il regarda sa chienne, cherchant à savoir ce qu’il était en réalité. Il se sentait un peu vraiment idiot sur le coup. Enfin pas qu’un peu. Mais il n’était toujours pas certain d’assumer d’aimer Averleen, cela ferait bien trop de souffrir Isabelle. Et il n’était pas certain qu’elle le mérite.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je viens de poser mes valises
❖ Lettres d'amour : 75
❖ Inscription : 31/10/2017

❖ Âge : 28
❖ Quartier Résidentiel : J'habite dans un appartement Windmere, sur l'allée Earl Estate.
❖ Occupation : Officiellement, je suis illustratrice de livres pour enfant. Sauf que je suis plutôt une cambrioleuse de haut vol.
❖ Situation Amoureuse : J'étais célibataire. Je suis célibataire. Je serais toujours célibataire... Bon, y a bien ce jeune homme attirant et agréable à regarder mais je me méfie grandement...

❖ Avatar : Laura Vandervoort
❖ Crédits : Hathaways (ava)
Je viens de poser mes valises
Mar 7 Nov - 9:53
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Promenons nous dans le parc
Calloyd


J’étais persuadée que Lloyd était toujours amoureux de son amie d’enfance et ce, malgré les années qui avaient passé. A peine lui avais-je dit ce que je pensais que j’eus l’impression qu’il se prenait la réalité en face, comme on se prend un mur ou une porte que l’on n’a pas vu. Il sembla commencer à paniquer, disant qu’il ne pouvait pas faire ça à Isabelle. Je soupirais légèrement mais je n’ajoutais rien. Je voulais attendre qu’il se calme pour le forcer à réfléchir à ce qu’il devait faire. On en vient donc à parler de ses proches, du fait que la jeune femme aurait pu avoir peur de se faire jeter sans avoir pu parler à Lloyd. Il semblait tellement certain que ses parents n’auraient pas cherché à l’empêcher d’avoir des nouvelles de sa meilleure amie et dans un sens, il n’avait pas tort. Après tout, si les deux mères avaient été proches, il y avait fort à parier que celle de Lloyd aurait fini par être contente d’avoir des nouvelles de la jeune femme. Je haussais les épaules, réfléchissant. « Et vos amis de l’époque? Lloyd, ils se souviennent tous de comment tu étais après le départ d’Averleen. Ils auraient tout à fait pu parler avec toi et te dire que tu ne devais pas renouer avec elle, qu’elle allait te faire souffrir. Les amis sont capables de ça et de bien pire encore quand l’un des leurs est en difficulté… » Je l’avais vu à l’époque où j’étais mannequin. Les coups bas entre nous étaient monnaies courantes. J’avais plus d’une fois été la cible de ce genre de magouilles et cela m’avait coûté quelques défilés. Mais heureusement, j’avais eu Luke et ses relations pour en trouver d’autres. Je posais ma main sur l’épaule de mon ami, essayant de le soutenir dans cette épreuve. Parce que s’en était une, vous pouvez en être certains. Tout ce en quoi il avait toujours cru s’effondrait. Son monde s’effondrait et il allait devoir apprendre à le reconstruire en ayant compris certaines choses. J’eus un petit sourire tout en roulant pour me mettre face à lui. « Tu es un excellent flic Lloyd. C’est juste que lorsque le sujet nous touche de trop, on n’est pas assez objectif pour remarquer tous les petits détails. Tu ne t’en es pas rendu compte parce qu’Averleen est ton amie d’enfance, qu’avec ses vingt ans d’absence, cela te semblait impossible qu’elle puisse être amoureuse de toi… Et pourtant, je mettrais ma main au feu que c’est la vérité. » Je souris à nouveau tout en glissant mes mains dans les siennes. Je voulais lui montrer que j’étais là, que même si j’étais en quelque sorte la cause de ses tourments aujourd’hui, il finirait par trouver une solution et être enfin heureux. Parce que cela ne faisait aucun doute que même s’il était heureux, il ne l’était pas pleinement. Je soupirais à nouveau, resserrant mes doigts autour des siens. « Ecoute-moi. Isabelle mérite-t-elle que tu l’épouses alors que tu ne l’aimes pas? Ne mérite-t-elle pas de trouver quelqu’un qui l’aimera et qui ne dira pas non si elle a envie de se marier? Et Averleen… Malgré le mal qu’elle a pu te faire, ne mérite-t-elle pas aussi d’avoir droit au bonheur après avoir perdu et sa sœur et sa mère? Et toi Lloyd, tu mérites d’être heureux avec la femme que tu aimes. » Je fixais les yeux du jeune homme, essayant de lui faire comprendre que s’il continuait dans cette voie, dans l’idée qu’il devait épouser Isabelle, il ne serait pas le seul malheureux. Ils seraient trois à ne pas toucher au bonheur, trois personnes malheureuses de ne pas être avec la personne qu’ils aiment. Et tôt ou tard, cela finirait par se savoir. Or, il avait une chance de pouvoir rectifier le tir maintenant qu’Averleen était en ville, il devait saisir cette occasion.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
❖ Lettres d'amour : 144
❖ Inscription : 26/10/2017
Fier d'être Lieutenant de Police
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Place de la ville avec sa fiancée Isabelle Firley
❖ Occupation : Lieutenant de Police
❖ Situation Amoureuse : Isabelle Firley, c’est le nom de sa douce fiancée et future ex lorsque Averleen va faire son grand retour?
Je ne veux pas de co-équipier
❖ Avatar : Jesse Lee Soffer
❖ Crédits : Moi et les gifs sont trouvé sur Google
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
Dim 12 Nov - 0:16

Calliope ne sembla plus parler du fait qu’il était amoureux et préférait ne rien dire de plus. C’était probablement mieux ainsi. Lloyd était tellement choqué de cette révélation et le pire c’est qu’il n’arrivait pas à le nié mais simplement dire qu’il ne pouvait pas faire ça a Isabelle. Il valait peut-être mieux que l’information puisse être assimilée correctement et qu’il puisse réfléchir à tout cela. Il pourrait peut-être ensuit envisager la vérité.

Elle semblait vraiment chercher pourquoi Averleen aurait pu faire ça. Il fronça les sourcils, recherchant une personne qui aurait pu potentiellement tenter de nuire à son possible retour. Il n’arrivait pas à voir. Il n’imaginait pas les rares camarades, l’empêcher de reprendre contacts, ni même les futur. Il secoua la tête.

- Je ne vois vraiment pas qui. Ses cousins m’appréciaient beaucoup et ne l’aurait pas empêché de me contacter sachant comment je l’ai attendue. Au contraire, il l’aurait probablement poussé à dire la vérité avec que je fasse une connerie. On a bien eu quelques amis mais je ne la vois pas nous empêcher de nous voir. Joshua m’a toujours soutenu dans mon attente, donc je n’imagine pas qu’il puisse faire ça. Et on était fort avec ses cousins et de temps en temps deux ou trois personnes. Mais pas vraiment plus. On était assez fermé. Non, je n’imagine personne nous faire ça, du moins tous ceux que nous connaissions. Ils comprenaient tous la séparation et ne lui en voulait pas à elle mais à son père. Nous étions si petits. Pour ceux avec qui j’ai de grand contact, ils sont au courant de ce que j’ai découvert dans son dossier mais justement rien qui ne puisse pousser à m’éloigner d’elle, au contraire. Certains disaient d’avancer sans elle sans savoir si elle reviendrait mais aucun ne voulait m’empêcher de renouer avec elle. Parce qu’ils savaient tous que pour commencer, cela me rendrais fous de rage et rancunier et ensuite que je ne l’abandonnerais pas et que je ne saurais pas accepter qu’un autre que moi lui jette la pierre.

La jeune femme tenta de le rassurer sur le fait que c’était normal qu’il n’ait pas pu penser au fait qu’elle soit amoureuse de lui. Il hocha la tête et il accueilli avec plaisir ses mains apaisantes. Il hocha la tête, c’est vrai, ce n’était pas pour rien qu’on empêchait les policiers d’enquêter sur une affaire où ils étaient impliquée, de manière générale. Il hocha la tête, lui concédant ce fait, il était bien trop impliqué, cela faisait vingt ans.

Elle lui posa ensuite une série de question qui remettait évidemment tout en question. Il ne pouvait nier les réponses à celle-ci, même si elle ne faisait pas référence à Averleen et lui en tant que couple. Même si avec un peu de bonne fois, c’était clairement entendu dans la logique des choses. Il soupira, acceptant de lui rendre raison, puisqu’il était vrai qu’elle avait raison.

- J’ai une profonde affection pour Isabelle mais c’est vrai que je ne l’aime pas comme elle m’aime. Je ne peux nier qu’elle ne mérite pas un époux qui la traite comme moi. Tout ce qu’elle a pu faire pour moi, je n’aurais pas pu le faire pour elle. Elle mérite quelqu’un qui l’aime du plus profond de son cœur. Si Averleen mérite le bonheur parce que même si elle m’a fait du mal, il y avait du mal qui ne dépendait pas d’elle, il y a eu ses peurs et sa vie qui l’a probablement bien secouée. Pour moi, je ne sais pas, j’ai été si injuste avec elles. A jouer à faire un pas en arrière quand Isabelle me demande d’en faire un en avant, quand elle attendait de mes nouvelles au fond de son lit, j’ai bien vu ses yeux rougit mais je sais qu’elle n’aimerait pas que je lui en parle. A lui mentir, au fond parce que je ne l’aimais pas autant qu’elle... Et Averleen lui faire un tel cinéma lors de nous retrouvaille alors que j’aurais dû être heureux et ravaler ma colère pour lui laisser s’expliquer. Ce n’est pas être un homme bien.

Il se sentait perdu et vraiment monstrueux. Il n’avait pas été honnête et avenant avec deux des trois femmes les plus importante de sa vie – La troisième étant sa mère – il n’aurait pas dû être comme ça, on ne l’avait pas éduqué à ce genre d’attitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je viens de poser mes valises
❖ Lettres d'amour : 75
❖ Inscription : 31/10/2017

❖ Âge : 28
❖ Quartier Résidentiel : J'habite dans un appartement Windmere, sur l'allée Earl Estate.
❖ Occupation : Officiellement, je suis illustratrice de livres pour enfant. Sauf que je suis plutôt une cambrioleuse de haut vol.
❖ Situation Amoureuse : J'étais célibataire. Je suis célibataire. Je serais toujours célibataire... Bon, y a bien ce jeune homme attirant et agréable à regarder mais je me méfie grandement...

❖ Avatar : Laura Vandervoort
❖ Crédits : Hathaways (ava)
Je viens de poser mes valises
Ven 17 Nov - 10:13
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Promenons nous dans le parc
Calloyd


Je ne parlais plus du fait que Lloyd puisse être amoureux de son amie d’enfance, bien que cela ne fasse plus aucun doute pour moi. Je lui avais donné l’information, à lui maintenant d’y réfléchir et de se rendre compte que je ne faisais que lui dire la vérité. Cela prendra du temps mais il devait réellement y réfléchir pour éviter de passer à côté de son bonheur. Je finis par me poser la question de savoir qui dans leurs proches auraient pu vouloir empêcher les retrouvailles entre Lloyd et Averleen. Mais je n’arrivais pas à comprendre maintenant que j’avais toutes les informations. Il n’y avait donc qu’Averleen elle-même pour expliquer pourquoi elle n’avait pas donné de nouvelle. Et il fallait réellement qu’ils aient une discussion sérieuse vis-à-vis de cela. Mais je voulais réellement qu’il se pose la question de ce qu’il pouvait endurer, s’il serait capable d’épouser une femme qu’il n’aimait pas. Je ne pus m’empêcher de sourire légèrement à ce qu’il disait. « Déjà, tu as compris que tu n’aimais pas Isabelle comme elle t’aimait, c’est un bon point. Concernant ta réaction lors du retour d’Averleen… C’est normal de réagir ainsi. Après tout, tu es resté vingt ans sans nouvelle de sa part et elle revient en ville sans prévenir personne. Tu étais choqué, surpris. Dans ce genre de moment, on ne contrôle pas tout de nos réactions. Et je ne pense pas qu’elle t’en veuille. Par contre, ne dis pas que tu n’es pas quelqu’un de bien. C’est faux. Tu es quelqu’un de bien Lloyd. Certes, tu as fait des erreurs mais l’erreur est humaine comme on dit. Et dis-toi que tes erreurs sont moins pires que les miennes. J’ai littéralement abandonné mon fiancé pendant six mois. Et je ne pense pas être quelqu’un de mauvais. Nous ne réagissons cependant pas de la même façon suivant les épreuves que la vie nous donne. Tu pensais agir comme tu le devais mais peut-être qu’à force d’écouter ce que les autres veulent pour toi, tu as fini par t’oublier. Oublier que tu devais penser à ton propre bonheur. Réfléchis à ce que toi, tu veux pour ta vie. » C’était ce que devait faire Lloyd. Réfléchir, ne pas agir sur un coup de tête. Après tout, il avait toujours agi suivant ce que les autres disaient. Il avait accepté les fiançailles avec Isabelle parce que tout le monde lui disait que c’était logique, normal après des années de relation. Mais finalement, il c’était oublié, il avait oublié ce que son cœur voulait. J’espérais simplement qu’il allait prendre la bonne décision, écouter son cœur, et ne pas continuer sur le chemin actuel. Car comme je l’avais dit, il y aurait alors trois personnes malheureuses. Et je serais très déçue si Lloyd persistait dans sa décision d’être avec Isabelle, cela voudrait dire que je n’ai pas su trouver les mots pour qu’il comprenne. Alberto revint vers moi et s’assit à côté de mon fauteuil. Je lui caressais doucement la tête avant de reporter mon regard sur le jeune homme. « Je pense que la vie t’offre une deuxième chance d’être heureux… Ne passe pas à côté. » J’eus un petit sourire tout en posant ma main sur la sienne. Je pensais réellement ce que je venais de dire. J’étais moi-même passé par là il y a quelques jours. La vie, par l’intermédiaire d’Enzo, avait amené Luke à revenir à mes côtés. Et j’avais compris que je ne pouvais être heureuse qu’avec le jeune homme alors j’avais saisi cette deuxième chance et je ne comptais pas la laisser filer.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
❖ Lettres d'amour : 144
❖ Inscription : 26/10/2017
Fier d'être Lieutenant de Police
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Place de la ville avec sa fiancée Isabelle Firley
❖ Occupation : Lieutenant de Police
❖ Situation Amoureuse : Isabelle Firley, c’est le nom de sa douce fiancée et future ex lorsque Averleen va faire son grand retour?
Je ne veux pas de co-équipier
❖ Avatar : Jesse Lee Soffer
❖ Crédits : Moi et les gifs sont trouvé sur Google
J'Y SUIS NÉ ET J'Y MOURRAI
Jeu 23 Nov - 1:50

Lloyd avait encore du mal à se dire qu’il s’était menti toutes ses années et qu’il était encore amoureux de sa meilleure amie. Pendant qu’il tentait d’analyser la situation, repensant au commissariat, à la fête de l’automne et même encore lors ce petit verre. Oui, cela expliquait pourquoi Averleen était partie comme ça à son contact, à ses paroles et il réalisa à quel point elle avait pu être blessée. Mais ce n’était nullement son intention. Il dû sortir de ses réflexion quand Calliope commença alors à parler en disant que c’était un bond point de réaliser qu’il n’aimait pas Isabelle comme la jeune femme en question. Il hocha la tête alors qu’elle le rassurait sur sa réaction. Elle trouvait ça normal, ajoutant que c’était quelqu’un de bien malgré ses erreurs communes à l’être humain. Ajoutant sa propre expérience pour l’exemple avant de dire qu’il s’était oublié en chemin parce qu’il tentait de contenter les autres. Il devait avouer qu’elle n’avait pas tort. Il hocha la tête positivement, elle avait peut-être raison même s’il devait prendre du temps pour ça mais aussi parler à son meilleur ami qui le connaissait mieux que quiconque parce que même si Averleen avait une place particulière, il devait avouer que cela faisait des années qu’ils ne s’étaient plus parler.

Il était un peu perdu quand elle ajouta le coup de grâce en disant que la vie lui offrait une deuxième chance d’être heureux et de ne pas passer à côté. Il baissa la tête un instant, regardant son chien comme si cela allait lui apporter une réponse mais finalement rien ne sembla venir et il finit par lever la tête.

- Je ne sais plus trop ou j’en suis pour l’instant. Je sais juste que la venue d’Averleen aura des conséquences sur la suite. Je suis perdu. Tu dois certainement le comprendre. Mais tout ce que je sais c’est que quoiqu’il arrive, la première personne à qui je dois en parler, la première des deux femmes c’est Isabelle. Avant même d’en parler à Isabelle. Je crois qu’étant ma fiancée, elle a bien le droit d’être au courant de tout et surtout en premier.

Il lui devait au moins ça dans son esprit d’homme droit et honnête. Il ne pouvait pas mentir à la femme avec qui il avait passé huit ans de sa vie. Il ne lui avait pas toujours tout dit voir rien dit même s’il ne l’excluait pas de sa vie. Mais quand il s’agissait d’Averleen le sujet était toujours très sensible et empreint d’émotion. Il avait voulu lui parler le jour des retrouvailles avec la brune mais il n’en avait pas été capable voulant profiter de sa fiancée mais aussi de ce moment de calme. Il savait qu’Isabelle mordrait encore une fois sur sa chique lorsqu’elle l’apprendrait et peut-être bien qu’elle lui pardonnerait encore une fois tout. C’était, selon lui, une sainte. Elle méritait réellement un homme bien qui l’aimerait pour celle qu’elle était et non juste pour tenter d’en oublier une autre. Il avait construit cette relation sur quelque chose qui n’existait pas, qui n’avait jamais été comme il l’avait laissé penser. Bien sûr, il avait une affection particulière pour la jeune femme, il le fallait bien pour lui avoir permis de s’insérer avec force dans sa vie.

Il prit la main de Calliope avec un petit sourire, il lui devait bien un grand merci. Il lui était vraiment reconnaissant de ce qu’elle venait de faire pour lui.

- Je ne sais pas comment te remercier, je te dois beaucoup. Tu n’imagines pas comment cette conversation me fait du bien.

Il pensait sincèrement ce qu’il était en train de dire à la jeune femme. Il pensait réellement lui devoir une fière chandelle parce qu’elle était l’une des rares à lui dire de penser à lui depuis un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» AT 6 : promenons-nous dans les bois!
» Promenons nous dans les bois ..... [450D]
» Promenons nous dans les bois...
» Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas | Bryden
» Promenons-nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heart Of Love :: Les RPs Dépassés-
Sauter vers: