AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ewen Danvers ♥ I will always love you

 :: Les Déserteurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Oct - 22:23


Ewen Danvers


base du personnage

Nom. Danvers, le nom de ma mère. Je n'ai pas le nom de mon père car je ne le connais pas. Prénom. Ewen, un prénom breton qui plaisait beaucoup à ma mère. Surnom. Ewen est déjà bien assez court comme cela. Ma femme me surnommait brunet, à cause de mes boucles brunes. Âge. J'ai 37 ans. Mais je le vis bien. Date de naissance. 12 Juin 1980. Lieu de naissance. Je suis né à Montréal, au Québec. Enfin, au Canada... Origines. Canadien mais surtout québécois. Quartier. J'habite le beau quartier de Earl Estate, dans un appartement luxueux de Windmere.



apparence physique

Tatouage. J'ai un tatouage sur l'avant-bras droit. Il représente une chouette, un animal qui m'a toujours fasciné. Piercing. Non, je n'en ai pas. Je n'ai jamais été attiré par celle-là. Ma femme en avait et je trouvais cela très sexy sur elle mais c'était tout. Caractéristique Déterminante. J'ai une cicatrice qui barre ma joue droite, remontant jusqu'à mon sourcil, souvenir de mon accident de voiture d'il y a six mois. Visage. Colin O'Donoghue.



amour

Orientation Sexuel. Les femmes, rien qu'elles. Statut Civil. Veuf, ma femme est décédée il y a six mois, dans un accident de voiture. Ancien Partenaire. J'ai eu trois partenaires dans ma vie. La dernière en date était ma femme. Je pensais finir ma vie avec elle mais la vie me l'a arraché. Je ne pense pas être capable d'aimer quelqu'un d'autre qu'elle.



Professionnel

Occupation. Je suis avocat normalement mais je suis actuellement en arrêt maladie, en attente d'une greffe de rein. Lieu de Travail. Actuellement, nul part mais peut-être au tribunal de la ville si je décide de rester... Anciens Jobs. Je n'ai jamais eu besoin de travailler pour me payer mes études. Ma mère avait un bon métier et elle avait l'aide de ses parents pour me pauyer mes études... Objectif de carrière. Plaider dans une grande affaire de droit pénal, sur des meurtres... Plaider dans une affaire qui sera connue. C'est bizarre et peut-être morbide mais j'ai envie que mon nom devienne connu pour être chose qu'une marque de bouffe...



Entourage

Parents. Je n'ai jamais connu que ma mère, Julie Danvers. Elle est la fille du célèbre Bob Danvers, le riche propriétaire de l'entreprise familiale créé dans l'agro-alimentaire. Elle est âgée de 60 ans et ressemble toujours à la femme que j'ai connu.  Frères et Soeurs : Je suis fils unique et je l'ai toujours très bien vécu. J'avais mes cousins et cousines pour passer du temps avec moi. Enfants : Je n'ai pas eu la chance d'avoir d'enfant. Ma femme était stérile et elle est morte avant que l'on ne remplisse les papiers pour demander une adoption. Je ne pense pas pouvoir avoir d'enfant un jour. Pour cela, il faudrait trouver une femme avec qui vivre et je refuse cette idée. Animaux de compagnie. Petit, j'avais un poisson rouge qui tournait en rond dans son bocal... Je ne me rappelle même plus comment il s'appelait... Je n'ai pas d'animaux actuellement, en appartement, ce n'est pas pratique.



Personnalité

Aimez-vous Fadden Hills ? Pourquoi ? Je suis arrivée il y a seulement quelques jours à Fadden Hills, je suis bien incapable de dire si j'aime la ville. Je ne suis là que pour honorer une demande que ma femme m'a faite dans sa dernière lettre. Depuis quand vivez-vous à Fadden Hills ? Comme dit juste au-dessus, je ne suis en ville que depuis quelques jours. Et pourtant, j'ai déjà l'impression de connaître tout le personnel médical de l'hôpital où je me rends quotidiennement pour mes dialyses. Quel est votre rituel du matin ? Euh... Je me lève et je fonce aux toilettes... Oui, c'est la première chose que je fais le matin en me levant. Je dois boire beaucoup pour soulager mon rein mourant et cela se ressent surtout le matin. Quel est votre pire cauchemar ? Avant, j'aurais dit que mon pire cauchemar était de perdre ma femme... Désormais, je dirais que c'est celui de trop tarder avant de la rejoindre. Elle me manque tellement, chaque jour un petit peu plus. Même si j'accepte l'idée d'une greffe de rein pour me sauver, c'est uniquement le temps de retrouver la soeur de ma femme... Peut-être que j'arrêterais de vivre après ça. Quel est votre plus grand rêve ? Je n'ai plus de rêve. La vie c'est chargée de les détruire. Avant, je rêvais d'une grande maison avec ma femme et avec des enfants... Désormais plus rien n'a d'intérêt. Quel est votre plus grand regret ? Ne pas avoir pu enterrer ma femme, lui dire une dernière fois que je l'aimais... Nous nous sommes quittés sur une dispute et je le vis assez mal. Je n'ai pas été capable de la sauver et je regrette tellement d'avoir douté de sa fidélité pour notre dernière discussion. Quelle est votre plus grande fierté ? Mon métier. Avant, à Montréal, j'étais un grand avocat, j'étais l'associé d'un ami d'université et nous avions notre propre cabinet. Mais c'est fini, j'ai pété les plombs après la mort de ma femme et j'ai claqué la porte du cabinet. Mais je suis toujours fier de faire le métier que je fais. Dites nous quelque chose que personne d'autre ne sait sur vous. Sous mes airs rustres et légèrement macho, je suis un romantique. Je ferais toujours tout pour satisfaire une femme, pour la faire sourire et rire. Mais désormais, je n'en ressens plus aucun plaisir...




derrière l'écran

Pseudo. Elinou. Prénom. Harley. Âge. 29 ans. Connexion. Tous les jours Groupe. Les apprentis Inventé. Scénario. Pré-Lien. Poste Vacant Inventé. Autres comptes. Averleen Dunhallow.

Code:
<pris>Colin O'Donoghue</pris> <w>❖</w> Ewen Danvers

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Oct - 22:24


C'est l'histoire de ma vie


« Tu es encore rentrée super tard hier soir… Tu étais passée où? » Tout en conduisant, gardant mon regard braqué sur la route, j’attendais une explication de ma femme. Cela faisait déjà une semaine qu’elle rentrait tard de son travail et qu’à peine rentrée, elle filait se coucher, indifférente au repas que je pouvais lui avoir préparé. J’avais bien une explication concernant toute cette histoire mais je ne voulais pas y croire. Cela faisait déjà onze ans que nous étions mariés ma femme et moi et jamais nous n’avions eu ce genre de discussion. Parce que plus rien n’était pareil dans nos vies désormais. Nous voulions avoir un enfant mais elle n’était jamais tombée enceinte. Nous avions alors fait des examens elle et moi jusqu’à ce que le couperet tombe, il y a une semaine… Ma femme était stérile, elle ne pourrait jamais avoir d’enfant. Et depuis, elle semblait s’éloigner de moi, elle ne me regardait quasiment plus et c’était limite si elle dormait avec moi dans notre lit. Il n’était pas rare que je me réveille en pleine nuit pour la voir coucher dans le canapé. « Réponds-moi franchement… Est-ce que tu vois quelqu’un d’autre? » Je savais qu’il était tôt pour poser une telle question, que cela faisait à peine une semaine qu’elle avait changé… Mais c’est dingue ce que les gens peuvent faire quand ils sont blessés. Ma femme tourna alors vivement la tête vers moi, une expression furieuse sur le visage. « Non mais t’es dingue de penser un truc pareil! » Je levais la main en signe d’impuissance. « Et tu veux que je pense quoi? Les signes sont là et j’espère sincèrement que ce n’est pas cela alors j’ai besoin que tu me… » Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase. J’avais eu le malheur de tourner la tête trente secondes pour fixer ma femme et j’avais roulé sur une plaque de verglas, encore bien présent en cette période hivernale au Canada. La voiture partie en tête à queue et tomba dans un ravin. Je sentais le véhicule rebondir sur le sol avant qu’il n’aille s’encastrer contre un arbre. J’avais la respiration coupée, le volant appuyait douloureusement sur ma poitrine. J’eus beau essayé de bouger, j’étais bloqué. Je me tournais alors vers mon épouse mais elle ne bougeait pas. Je tendis la main vers elle, essayant de la faire bouger mais elle restait sans réaction. Je commençais à me sentir mal, j’essayais de rester conscient pour chercher mon téléphone mais je finis par m’évanouir.

❖❖❖


« Ewen, viens ici vilain garçon… » Je ne pus m’empêcher de rire face aux paroles de ma mère. J’avais quatre ans et j’adorais jouer à cache-cache avec elle. Ma mère m’élevait seule, elle avait été quittée par mon père quand elle avait découvert sa grossesse et elle avait toujours décidé de m’élever seule. Heureusement, j’avais deux autres personnes sur qui je pouvais compter. Ma grand-mère et mon grand-père, les parents de ma mère. Dans notre petite maison d’un quartier hupé de Montréal, nous étions bien tous les quatre. Je ne manquais de rien car ma famille était riche. Mon grand-père était le propriétaire de l’entreprise familiale fondée il y a des années de cela, dans l’agro-alimentaire. Nous étions célèbres au Québec car nous étions les premiers fabricants et exportateurs de sirop d’érable. Un produit dont je suis resté fan jusqu’à maintenant. Alors que je me cachais derrière le barbecue, regardant ma mère me chercher, je sentis soudain une paire de bras se glisser autour de mon ventre avant de me soulever. « Gand Pabby, lâche moi, c’est pas du jeu… » Mon grand-père parti d’un grand éclat de rire tout en me ramenant à ma mère. Elle me prit alors dans ses bras, me couvrant de nombreux bisous comme elle savait si bien le faire quand elle me trouvait. Et le pire dans tout cela, c’était qu’elle avait du rouge à lèvres et qu’elle me mettait des traces de bisous partout sur le visage. Et pourtant, je passais mon temps à rire tout en essayant d’échapper à ma mère. Soudain, ma grand-mère annonça que le goûter était prêt et je fondis en direction de la cuisine, sautant sur un tabouret, attendant sagement mes pancakes recouverts de sirop d’érable.

❖❖❖


J’avais vingt ans et j’étais tout nouvellement arrivé à Toronto. J’avais rejoint une université de droit après deux années de médecine que j’avais raté. Je n’étais pas spécialement mécontent d’avoir échoué au concours de médecine, ce n’était pas pour moi de toute façon mais ma mère avait tenu à ce que j’essaye au moins deux fois le concours, elle rêvait d’avoir un fils chirurgien. Autant vous dire que je n’avais pas spécialement travaillé à l’école et que j’avais tout fait pour rater mon concours. Parce que mon rêve, c’était de devenir avocat, de plaider dans de grandes affaires. Je voulais envoyer les criminels en prison pour protéger la société. Alors que j’entrais dans l’immense amphithéâtre, soudain intimidé par la présence de nombreux étudiants, je percutais une jeune blonde, renversant les livres qu’elle avait entre les bras. « Oh, excusez-moi, je suis tellement désolé… Attendez, je m’en occupe. » Je me penchais en même temps qu’elle pour rattraper ses livres et nos fronts se heurtèrent avec un bruit sourd. La jeune femme partit d’un grand éclat de rire et je restais scotché, littéralement sous le charme. J’avais l’impression d’être devenu simplet que Blanche-Neige aurait embrassée. On ramassa donc les livres de la jeune femme et elle se présenta. Elle s’appelait Sofia et avait tout juste dix-huit ans. C’était sa première année ici à l’université de droit de Toronto. Je ne pus m’empêcher de lui proposer de suivre ce premier cours à mes côtés et nous ne nous sommes plus jamais quittés.

❖❖❖


Assis à même le sol de mon appartement, je n’arrivais pas à quitter des yeux la petite tête blonde qui dormait contre moi, sa tête sur mes cuisses. Je m’appuyais au canapé, un petit sourire aux lèvres. Cela faisait deux ans que Sofia et moi étions ensemble après trois années à se tourner autour. Je l’aimais cette femme, je l’aimais tellement. Je ne voyais plus ma vie sans elle. Alors, j’avais pris une grande décision pour elle et pour moi. Mais pour que je lui en parle, il fallait qu’elle se réveille et il était hors de question que je perturbe son sommeil moi-même. Je n’arrêtais pas de fredonner une chanson, celle sur laquelle nous nous étions embrassés pour la première fois, à un bal donné à l’université. Elle était venue avec son cavalier et moi seul sauf qu’elle avait fini sa soirée dans mes bras. Alors que je me mettais à chanter doucement cette chanson, je ne pus que baisser la tête en l’entendant rire. « Dis donc vile cachotière, tu es réveillée depuis longtemps? » Elle se tourna vers moi avec un petit sourire mystérieux aux lèvres alors que je me penchais pour déposer un délicat baiser sur ses lèvres. Je finis par lui faire signe de me suivre et je la conduisis sur le toit de mon immeuble. Je voulais que tout soit parfait et elle m’avait toujours dit adoré la vue que l’on avait de Toronto depuis le toit. Alors qu’elle contemplait doucement le paysage, entre mes bras, je me penchais à son oreille, embrassant délicatement son cou avant. « Sofia… Tu veux bien m’épouser? » Je la sentis se raidir entre mes bras alors que je m’écartais soudain. Elle se retourna complètement sous le choc et je ne pus m’empêcher de glisser un genou à terre tout en sortant le petit écrin avec la bague de ma poche. Elle essaya de parlementer, disant que j’étais fou, que nous n’avions pas finis nos études… Mais je trouvais toujours réponse à ses questions, soudain de plus en plus inquiet à l’idée qu’elle vienne à refuser. Mais quand elle ne put s’empêcher de sourire de toutes ses dents en me disant oui, je ne pus que me relever pour la prendre dans mes bras, glissant la bague à son doigt.

❖❖❖


« Je vous déclare unis par les liens sacrés du mariage. Vous pouvez embrasser la mariée. » Sans même laisser au prêtre le temps de le redire, je pris ma femme dans mes bras pour déposer un tendre mais appuyé baiser sur ses lèvres. Sofia et moi venions enfin de nous marier. Elle était officiellement devenue Sofia Danvers et je savais que nous allions terminer de vieillir ensemble. Nos invités vinrent à tour de rôle nous féliciter et ma mère serra un long moment Sofia dans ses bras. Les deux femmes de ma vie s’étaient toujours très bien entendues. Ma mère avait adoré ma future femme dès que j’en avais parlé au téléphone, elle avait toujours soutenu que nous finirions par nous marier. Et si je n’avais pas cru au destin, je devais reconnaître que j’avais été fait pour rencontrer Sofia, pour l’aimer et finir ma vie à ses côtés. On sortit tous les deux de l’église sous une pluie de confettis en forme de cœur avant de monter dans la belle voiture que mon grand-père avait loué pour l’occasion. Une Rolls Royce Phantom, un modèle que j’avais toujours aimé et que mon grand-père avait tenu à me faire comme cadeau. Elle nous conduisit, ma femme et moi, jusqu’au lieu du repas. La fête fut somptueuse, le repas très bon. Mais rien n’équivalait mon bonheur d’être enfin l’époux de Sofia, d’être lié à elle jusqu’à ce que la mort nous sépare.

❖❖❖


Entendant soudain un bip autour de moi, j’eus toutes les difficultés du monde à ouvrir les yeux. J’entendis faiblement une voix féminine m’appeler, me demandant de me réveiller, d’essayer d’ouvrir les yeux. Je reconnus la voix de ma mère après de nombreuses minutes. Et finalement, une vive lumière me vrilla le cerveau alors qu’on avait brusquement ouvert un de mes yeux. Cela ne dura que le temps de le dire avant que je ne sombre à nouveau. Cette situation se présenta à nouveau quelques temps plus tard mais cette fois-ci, je me réveillais pleinement. J’eus beau regarder autour de moi, je ne reconnaissais rien. Et je compris rapidement que j’étais à l’hôpital. Alors, je me souvins de ce qu’il c’était passé, la dispute avec ma femme, la plaque de verglas et enfin, l’accident. Ma mère remarqua soudain que j’étais réveillé et elle appela un docteur. Elle fut sortie de la chambre le temps que ce dernier m’examine et retire le tube que j’avais dans la gorge. Et une fois que l’on fut bien certain que j’étais pleinement réveillé, ma mère fut autorisée à rentrer. Elle me parla de sa peur de me perdre, que j’avais eue de la visite tous les jours depuis l’accident. « Maman… Sofia… » Je compris à la tête qu’elle fit soudain qu’il était arrivée quelque chose à ma femme. Et j’eus beau tout faire pour qu’elle me parle, elle resta muette jusqu’à ce que toute la famille soit réunie dans ma chambre. Il y avait mes grands-parents mais également les parents adoptifs de ma femme. Ma mère prit alors son courage à deux mains avant de parler. « Ewen… Vous avez eu un accident de voiture… Sofia a été grièvement blessée à la tête… Elle… Elle n’a pas survécu. Je suis désolé mon chéri. » Je sentis soudain comme un gouffre s’ouvrir sous moi. Ma femme était morte, je l’avais tué. Ils eurent beau tous me dire que ce n’était pas ma faute, que je n’aurais rien pu faire à cause de cette plaque de verglas, je n’arrivais pas à oublier que nous étions en train de nous disputer et que si je n’avais pas quitté la route des yeux, j’aurais vu la plaque et je l’aurais évité. Avant de partir, les parents de Sofia me tendirent une lettre de la jeune femme, qu’elle avait écrite il y a longtemps mais qu’elle n’avait jamais trouvé le courage de me donner. J’ouvris l’enveloppe, ne pouvant m’empêcher de fondre en larmes en reconnaissant l’écriture de mon ancienne épouse. Et les mots que je lisais me firent une étrange sensation. Elle m’expliquait qu’elle avait une sœur qu’elle ne connaissait pas mais qu’elle avait envie que je la retrouve. Je décidais alors d’accepter cette mission, en sa mémoire.

❖❖❖


Six mois ont passé depuis la mort de ma femme et ma vie est assez compliquée. Pendant l’opération, j’ai perdu un rein et les médecins ont réussi tant bien que mal à sauver l’autre… Mais j’ai besoin d’une greffe, mon rein étant quand même condamné. Je dois donc aller à la dialyse assez fréquemment pour épurer mon sang des déchets. C’est très difficile à vivre pour moi mais je tiens pour une seule raison: retrouver la sœur de ma femme. Une fois que cela sera fait, je me laisserais certainement mourir pour la retrouver. Je veux juste retrouver la sœur de ma Sofia et lui confier la lettre qu’elle lui a écrite et que je n’ai jamais lu.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Oct - 22:47
Bienvenue j'adore Colin (je bave mais je peux pas mettre l'émoticone) Bon courage pour ta fiche a bientôt ;)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Jeu 26 Oct - 10:39
MON FUTUR CHERI


Je t'aime déjà et j'ai hâte de lire l'histoire de petit Wen Pas besoin de te dire que je suis là ou quoi, tu connais la maison
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Sam 28 Oct - 10:15
Bienvenue parmi nous
Bon courage pour ta fiche
Il nous faudra un lien
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 30 Oct - 16:31


Félicitation Ewen


J'adore ton histoire, j'ai vraiment hâte de faire évoluer ce lien ! Ton histoire va presque fait verser une larme, ça m'a fait au coeur... mais ne t'inquiète pas, Ksenia va prendre soin de lui



Tu peux dès à présent découvrir les merveilles que renferme le forum ainsi que sympathiser et délirer avec les autres membres si ce n'est pas déjà fait ! Cependant afin de ne pas te lâcher complètement dans la nature, voici quelques liens qui te permettront de t'y retrouver ! Tout d'abord si tu ne l'as pas encore fait, je te conseille d'aller jeter un petit coup d'oeil au règlement, c'est toujours bien de savoir à quoi on a à faire ! Ensuite nous pensons que tu ne vas pas vivre sous les ponts, donc files faire une demande de logement et après va recenser ton métier. C'est toujours bien de savoir où notre personnage va travailler ! De plus, pour faciliter les recherches amoureuses, nous avons mis en place un recensement des célibataires et des couples. Alors, surtout, n'oublie pas d'aller te recenser ici-même, quel que soit ton statut civil.

Mais bon je suis sûre que tu es surtout impatient(e) de créer ta fiche de liens pour te faire des amis ! D'ailleurs il se peut que tu ais besoin de personnes particulière, comme ta moitié ou ta grande tante qui fume comme un pompier ? Il faut les créer dans la catégorie en construction. N'oublies pas de recenser ton scénario, car si tu ne le fais pas, les personnes non inscrits ne pourront pas le voir. Si tu n'as pas forcément besoin de créer un scénario, mais il faut absolument que ton patron pervers ou que la belle-soeur de ton meilleur ami débarque, c'est un lien prédéfini qu'il faut que tu crées. Si au contraires, tu veux créés ta famille, je t'invite à remplir ce formulaire. Dans tous les cas, j'espère qu'ils seront pris bientôt ! Après si l'envie de RP est présente, mais que tu ne sais pas avec qui en faire tu peux aller rechercher un partenaire ! Ensuite, quand tu auras des rps par milliers, pour ne pas les oublier, tu pourras les mettre dans ton profil. Sinon tu peux les poster dans les Topics. Que te dire d'autre ? Je te recommande vivement le flood où l'on s'amuse comme des petits fous & de passer sur la ChatBox pour rigoler un petit peu ! Sinon pour toutes tes demandes, de lieux, de rang, changement de personnage ou autre, c'est dans la préfecture qui faut se rendre. Surtout, n'ais pas peur de faire le petit curieux et va voir un peu partout dans le forum.

Et une dernière chose, amuses-toi bien avec nous

Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PARTIR POUR MIEUX REVENIR...
❖ Lettres d'amour : 282
❖ Inscription : 06/10/2017
tumblr
❖ Âge : 31
❖ Quartier Résidentiel : Loft n°178, Quartier Foxwood
❖ Occupation : Lieutenant de police à la criminelle
❖ Situation Amoureuse : Je suis célibataire depuis trente ans désormais. Je suis cependant amoureuse de mon ami d'enfance depuis des années même si cela fait vingt ans que nous ne nous sommes pas revus.
tumblr
❖ Avatar : Sophia Bush
❖ Crédits : amor fati (ava) + Exception (sign)
PARTIR POUR MIEUX REVENIR...
Lun 30 Oct - 16:34
Merci miss je suis contente que l’histoire t’ais touché hihi j’ai hâte moi aussi de faire évoluer tout ça ^^



- Ask me to stay. -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heart Of Love :: Les Déserteurs-
Sauter vers: